Le mode Manuel – mythes et réalités

Le mode manuel est il le plus créatif ?exposition mode manuel

C’est une question que j’entends souvent dans les différents stages que j’anime. Je vois aussi des gens qui travaillent en mode manuel, persuadés que c’est mieux et qui font de ce fait  beaucoup d’erreurs. De nombreux photographes restent persuadés que le mode M est une sorte d’aboutissement, de summum pour les photographes créatifs. Personnellement,  je conseille rarement le mode Manuel, considérant que l’on peut (presque) tout faire aussi bien avec les modes Ouverture et Vitesse, et surtout que l’on fait beaucoup moins d’erreurs dans ces 2 modes.

Le mode préféré des professionnels ?

Plus forcément aujourd’hui, en tout cas pas pour toutes les catégories de photographes (reportage, sport, etc). Ce fut vrai à l’époque de l’argentique, non pas comme on lit parfois, parce que c’était le seul mode d’exposition disponible (sic), mais parce que les films diapositives demandaient une telle précision dans leur exposition (de l’ordre du 1/3 de valeur) que seul ce mode – qui permet de tout contrôler permettait d’arriver à de bons résultats. Beaucoup de photographes utilisaient alors la mesure spot ou une cellule indépendante pour mesurer précisément la lumière et ils reportaient les chiffres obtenus en mode manuel. Le mode de mesure Multi-zone, Matricielle ou Évaluative existait déjà à la fin des années 80, mais la tolérance du film diapositive ne permettait pas de se fier à ce mode de mesure et donc de travailler en auto.

Ce qui a changé avec le numérique, ce n’est pas tant l’amélioration du système de mesure (très relatif), mais bien la tolérance du format Jpeg et surtout Raw,  et surtout la possibilité de contrôler le résultat grâce à l’histogramme. De fait le travail en mode Priorité Ouverture et / ou Vitesse permet aujourd’hui de travailler aussi bien et surtout avec bien moins de risques d’erreur qu’en mode manuel.

L’exposition est elle meilleure en mode Manuel ?

Cela n’a rien à voir. La qualité de la mesure de la lumière dépend de la qualité du posemètre intégré à votre appareil et du mode de mesure que vous avez sélectionné, pas du mode d’exposition

Aujourd’hui, la plupart des marques et des boitiers ont de bonnes cellules, même si les boitiers haut de gamme ont un avantage certain. Les modes de mesures sont les mêmes en revanche sur presque tous les appareils. Ce qui est sûr c’est que pour un même appareil, la précision de la mesure est rigoureusement la même quel que soit le mode d’exposition

Est on plus créatif en mode manuel ?

Là encore c’est une idée fausse. Vous pouvez tout autant choisir les paramètres de votre exposition en mode Priorité Ouverture et / ou Vitesse.

Qu’apporte le mode Manuel de plus que les modes Ouverture et / ou Vitesse ?niveauavnce

Le mode manuel permet de caler une exposition là où les modes Ouverture et / ou Vitesse. la modifient sans cesse. C’est là que se situe la différence principale et supériorité dans certaines situations.

Prenons un exemple : vous êtes sur une plage / soleil dans le dos. Vous cadrez moitié mer / moitié sable. L’appareil mesure la lumière et vous donne le résultat : 1/250° –  F11 – cela vous satisfait, vous contrôlez avec l’histogramme … c’est parfait.

Maintenant passez en mode manuel et sélectionnez ces 2 valeurs : 1/250° –  F11. Faites autant de photos et de cadrage différents que vous voulez, tant que que vous resterez avec le soleil dans le dos, toutes vos images seront bien exposées (sans nuage, l’intensité lumineuse ne varie pas dans la journée – elle s’accélère le soir et au lever du soleil, mais c’est tout). Les photographes disent qu’ils « calent » l’exposition

Avec les modes Priorité Ouverture et / ou Vitesse, que se serait il passé ? Et bien selon que vous cadrez plus ou moins de ciel ou de sable, l’exposition aurait varié. Pas de beaucoup, mais suffisamment pour avoir des choses à refaire en post-production ou parfois rater une image.  Cela vient de l’extrême sensibilité de votre cellule et surtout au fait que le ciel et le sable ne réfléchissent pas la lumière de la même façon

Voyons maintenant un autre cas de figure : vous êtes toujours sur la plage, soleil dans le dos, en mode Manuel. Soudain, un gamin fait des acrobaties devant vous, vous le suivez dans votre viseur, tournez sur vous même et faites une super série, de photos … qui seront toutes ratées. Les conditions de lumière ont changé quand vous avez tourné sur vous même pour suivre le garçon, mais vous n’avez pas pris le temps ou pensé à modifier vos réglages. Avec les modes Priorité Ouverture et / ou Vitesse, l’appareil aurait modifié l’exposition automatiquement et les images auraient été bien exposées.
Moralité, le mode Manuel ne pardonne pas. Il faut être concentré et très rapide. Un mode pas trop adapté à la photo de reportage, sport, animalier et tous les genres où il faut beaucoup de réactivité.

Dans quels cas faut il privilégier le mode manuel ?

En réalité, il faut considérer le mode manuel comme un mode parmi d’autre et l’utiliser quand il apporte un plus.

Travail avec des flash de studio :mode manuel travail au flash

Là, pas de discussion, on travaille en manuel et la mesure de l’exposition est faite au flashmètre, une sorte de posemètre qui peut enregistrer et mesurer les éclairs de flash. La raison est simple, comme on contrôle totalement l’environnement lumineux, on cale les réglages et on n’y touche plus.

Travail en lumière mixte

Vous devez, par exemple, photographier l’intérieur d’une chambre et le paysage que l’on voit de la fenêtre. Il vous faut donc équilibrer les sources de lumière. Le mode manuel n’est pas indispensable, mais s’avère souvent  bien plus pratique. C’est ce que font la plupart des pros dans ce cas.

Gestion de plusieurs flashs

Avec les systèmes TTL Multiflashs, il n’est plus nécessaire de travailler en mode manuel, même si c’est un cas où cela peut être un plus.

Travail avec une cellule à main ou posemètre indépendant

trafail au flash mode manuel

Pour les photographes de studio, les ultra-perfectionnistes et les nostalgiques, le travail avec un posemètre ou un flashmètre implique de travailler en manuel

Photo de paysage ou d’architecture

Deux genres (il y en d’autres bien sûr) où l’on a le temps en principe. L’utilisation du mode manuel peut être un plus, si on utilise des filtres dégradés aussi, pour caler précisément une exposition

Les poses longues et … très longues

Et oui, au-delà de 30 secondes, pas d’autre choix que le mode manuel bien sûr. Il y a la pose B ou T pour les chanceux et la télécommande pour les autres.
Plus commun, votre cellule vous donne une mesure pour 8″ / F5,6 par exemple – mais refuse de vous renseigner pour F8 (elle n’est plus assez sensible) : extrapolez la mesure pour F8 (soit 2 X 8 secondes = 16  » dans notre cas) et passez en manuel

pose longue et mode manuel

Les panoramas par assemblage

Même si les logiciels d’assemblage ont fait d’immenses progrès, vous obtiendrez de meilleurs résultats en exposant les différentes parties de votre panoramique en mode Manuel. Cela facilite le montage final.

Le bracketing ponctuelniveauavnce

Vous avez bien fait de lire jusque là car j’ai gardé le meilleur pour la fin. La plupart du temps, quand je passe en manuel, c’est pour faire un Bracketing ponctuel.

Keskidi le monsieur ?
Vous connaissez cette fonction qui consiste à faire 3 ou 5 vues avec des expositions différentes (on parle de fourchette d’exposition en français). Je ne m’en sers quasiment jamais, mais quand je suis dans une situation de lumière que je considère comme difficile, je passe en manuel et je double la première vue en appliquant une légère sur-exposition ou sous-exposition selon le cas. En manuel, il suffit de tourner l’une des molettes de un ou deux crans. C’est rapide et plus discret que les rafales du bracketing. Cela permet de rester l’œil collé au viseur et de ne pas contrôler l’histogramme. Une bonne technique en reportage comme en photo de paysage.

Les défauts des modes Priorité Ouverture et / ou Vitesse

Leur principal défaut est que l’exposition change presque à chaque image, à cause de la sensibilité de la cellule et de la réflexion des sujets très variable. Mais ces variations sont souvent modérées et ces petites différences d’exposition se rattrapent bien en post-traitement si vous utilisez le format Raw.

Dans quels cas ne faut il pas utiliser le mode manuel ?

Votre appareil n’a qu’une molette

Vous pouvez oublier le mode Manuel sans arrière pensée, car ayant 2 paramètres à régler ; il faut 2 molettes, sinon vous allez perdre un temps fou à configurer votre unique molette à chaque prise de vue…. pas vraiment drôle.

Vous faites de la photo de spectacle, d’humain, de sport …

Bref des sujets où ça bouge vite, où vous vous déplacez  par rapport aux sources lumineuses, où les conditions de lumière varient rapidement … oubliez le mode Manuel, vous allez passer votre temps à vérifier votre expo. Les modes Priorité Ouverture et / ou Vitesse sont là pour ça.

Vous avez déjà du mal avec toutes les autres choses à régler

Inutile d’en rajouter, les modes Priorité Ouverture et / ou Vitesse sont pour vous 🙂

Pour finir laissons la parole Pr Manuel Exposito

Suivant les conseils du sage Toutenmanuel,
un jeune photographe en mode M travaillait,
tout à sa passion, le zélote vira aussi l’AF,
la sensibilité et  la balance des blancs Auto,
un jour qu’il photographiait un superbe lac,
une divine sirène apparut, le temps de régler
l’ouverture, la vitesse, les Iso et l’AF,
la belle était morte de vieillesse …
Moralité, la perfection c’est parfois un peu long

Cet article sur le mode Manuel vous a plu ? Partagez le sur vos réseaux sociaux préférés, abonnez vous (dans la side bar à droite) si vous souhaitez être tenu au courant des nouveaux sujets et n’hésitez pas à laisser des commentaires, poser des questions. Enfin, consultez nos autres sujets sur  les modes d’exposition photo par exemple

La technique du mode manuel est expliquée et pratiquée … dans notre stage Perfectionnement à la photographie

Pin It on Pinterest

Vous avez aimé cet article ?

Partagez le sur vos réseaux préférés