L’histogramme en photo permet de vérifier l’exposition de votre image et donc de la corriger si besoin. C’est l’un des très grands avantages histogramme en photo
de la photo numérique par rapport à l’argentique. Simplement, en jetant un petit coup d’œil aux courbes de l’histogramme, vous serez renseigné sur la bonne (ou mauvaise) exposition de votre photo.  Bref, c’est l’arme fatale !

L’histogramme en photo c’est quoi ?

L’histogramme en photo c’est la carte d’identité de votre image. Une représentation des tonalités de votre photo. De gauche à droite (en abscisses donc) sont représentées la luminosité, c’est à dire les différentes nuances de gris (image Noir et Blanc) ou d’intensités de couleurs  (image couleur), allant du noir pur au blanc pur,  alors que de bas en haut (en ordonnées) sont représentés le nombre de pixels pour une teinte donnée.

Donc à gauche, les tons noirs et foncés, au centre les valeurs moyennes et à droite les valeurs claires de l’image

 

Kes ki dit ?? C’est du chinois, j’ai rien compris ? Pas grave, il n’est pas vraiment nécessaire de comprendre ce que représente l’histogramme en photo pour bien l’utiliser …corriger son exposition avec histogramme

Comment afficher cet histogramme ?

L’histogramme s’affiche sur votre écran à l’arrière de l’appareil, que l’on appelle aussi le moniteur. Selon les marques, il apparait soit en appuyant sur la touche « Info » ou « Display » ou encore chez Nikon, en appuyant sur les touches haut ou bas du trèfle (ou pad). A noter que sur les reflex, l’histogramme ne s’affiche qu’en mode lecture, c’est à dire sur les images déjà faites. Sur les bridges et les hybrides on peut l’afficher pendant la prise de vue.

Si votre histogramme ne s’affiche pas par défaut, aller voir dans votre menu, les options d’affichage >

Menu visualisation chez Nikon, Options de visualisation > cocher la case histogramme

Chez Canon afficher une image et appuyer sur la touche « Info » ou « Display » jusqu’à l’apparition de l’histogramme

Afficher un histogramme blanc ou RVB ?

L’histogramme en photo peut s’afficher en mode luminosité ou en mode RVB. Dans le premier cas vous aurez une seule courbe blanche, qui est suffisante pour contrôler l’exposition et dans le second cas, vous aurez 3 représentations de l’histogramme correspondant aux 3 couches couleurs – rouge, vert et bleu (RVB) qui composent une photo. La seconde méthode permet d’être plus précis et de gérer éventuellement une saturation dans une couche couleur en particulier (nous verrons cela en fin d’article). Pour commencer, contentez vous du mode luminosité : 1 courbe blanche)

Comment lire l’histogramme en photoniveau débutant

C’est très simple : à gauche sont représentées les valeurs les plus sombres et à droite les valeurs les plus claires. Lorsqu’une partie de votre histogramme est « collée » à gauche > cela veut dire qu’il y aura des noirs purs (valeur zéro) dans votre photo, c’est à dire sans détails et donc une partie de l’image sera sous-exposée.

Lorsqu’une partie de votre histogramme est « collée » à droite > cela veut dire qu’il y aura des blancs purs (valeur 255) dans votre photo, c’est à dire sans détails et donc une partie de l’image sera sur-exposée.

L’idéal, en terme d’exposition est que l’histogramme en photo se tienne entre les 2 bords, sans les toucher.

histogramme en photo

En résumé, votre histogramme doit idéalement être dans le cadre sans « coller » à gauche ni à droite. Cependant comme la surexposition est pire que tout en numérique, mieux vaut une courbe un peu collée à gauche qu’une courbe sortant du cadre à droite.

Y a t-il une forme « parfaite » d’histogramme ?

Non, pas du tout. Si votre image ne comporte que 2 zones de luminosité (drapeau japonais en gros plan), vous aurez un histogramme affichant 2 pics, alors qu’il en affichera 3 pour la photo du drapeau français qui comporte 3  couleurs. De même une photo prise un jour de brume affichera un histogramme centré au milieu typique de ce genre de lumière (pas de noir profond, ni de très hautes lumières), ce qui ne veut pas dire qu’elle est mal exposée. Enfin une photo de nuit présentera un histogramme décalée à gauche si elle est bien exposée.

Histogramme en Jpeg et en Raw

histogramme en photo

Histogramme pour une exposition en Jpeg – Un peu à gauche

Selon que vous prenez vos photos au format Raw ou Jpeg, la lecture de l’histogramme en photo sera un peu différente :

En Jpeg : si vous travaillez uniquement en Jpeg cela signifie probablement que vous ne retouchez pas vos images sur ordinateur. Il s’agit alors de faire une exposition aussi parfaite que possible. Votre histogramme ne doit surtout pas « sortir » ou être « collé » à droite. Il devrait même être un peu en retrait afin que l’image soit suffisamment saturée et ait des couleurs éclatantes.

En Raw : nous supposons donc que vous retravaillez vos images avec un logiciel de traitement photo. Il s’agit alors d’enregistrer la maximum d’information (de matière première autrement dit) pour pouvoir corriger ultérieurement si besoin. On expose à droite. Votre histogramme en photo doit être aussi à droite que possible sans sortir. Idéalement, la courbe de l’histogramme en photo Raw « meurt » en pente douce à droite. Nous reviendrons dans un autre article sur cette règle.

 

A quoi sert-il de lire l’histogramme en photo ?histo_OK

Après la prise de vue, il sert à contrôler l’exposition principalement – et la corriger si besoin. Avant la prise de vue (en mode Visée directe) il permet d’anticiper un problème d’exposition et là aussi de corriger le tir. La correction s’effectue soit directement en mode d’exposition Manuel ou via le correcteur d’exposition en mode à priorité Ouverture ou Vitesse

L’histogramme en photo est il plus précis que l’alerte de surexposition ?

Dans mes stages d’initiation photo, les participants me demandent souvent s’il est utile de regarder son histogramme lorsque les alertes de sur-exposition sont activées. Vous avez du voir ces zones de votre photo qui  clignotent sur l’écran arrière. Effectivement, elles ont le même rôle que l’histogramme en photo. Elles vous avertissent que votre image est sous-exposée. Mais l’histogramme est plus précis, car il vous dit aussi si votre photo est sous-exposée ou trop saturée par exemple. De plus vous retrouverez l’histogramme en post-traitement, dans les logiciels de retouche et traitement photo alors autant vous familiariser avec cet outil.

Utiliser l’histogramme en pratique

  1. Faites votre photo en vous fiant à l’exposition proposée par votre appareil – en mode Ouverture / Vitesse ou Manuel (réglez le curseur sur zéro quand même dans ce cas)
  2. Affichez la photo et son histogramme sur votre appareil
  3. Si l’histogramme sort du cadre à droite > sous exposez légèrement / s’il sort à gauche surexposez légèrement (mais sans le faire sortir à droite)
  4. s’il est collé des 2 côtés – sous-exposez pour ramener la courbe de droite dans le cadre
  5. Prenez une nouvelle image avec ces réglages et re-vérifiez

Voilà, pas plus difficile que ça et si vous le faites à chaque fois, adieu les photos mal exposées. Génial non ? C’est l’arme fatale on vous dit

Utiliser un histogramme RVBniveauavnce

Sur l’histogramme en photo ci-contre, on voit que les courbes des couches verte et bleue sont plutôt à gauche, alors que la courbe de la couche rouge (couleur dominante de la photo) est répartie de gauche à droite et sort même un petit peu à droite. Au final, l’histogramme de luminosité (courbe

histogramme RVB

blanche) est lui plutôt à gauche. En gros ces 4 représentations indiquent qu’il y a très peu de pixels verts et bleus, mais qu’il y a déjà trop de pixels rouge. Autrement dit, même si l’image parait sous-exposée, il est difficile d’augmenter l’exposition car cela amènerait une saturation excessive dans les rouges et un écrêtage de ces valeurs (la courbe sort par le haut du cadre).

L’histogramme RVB permet donc de vérifier que les couleurs sont bien enregistrées et qu’elles ne sont pas trop saturées. C’est important avec les images comportant beaucoup d’aplats et de dégradés, les ciels bleus très clairs tirant sur le Cyan / vert et certaines lumières électriques très chaudes qui ont tendance à saturer les rouges.

La sous-exposition ne supprime pas tous les problèmes loin de là : commencez par travailler dans l’espace Adobe RGB ou RVB – plus large que le sRVB – et si une couche sort par le haut, essayez de changer de style d’image (opter pour standard, fidèle ou neutre). Si le problème persiste, travaillez en Raw associé à une sous-exposition de 1/2 valeur permet en général de rentrer la courbe dans les clous.

Une petite précision technique : pour les puristes, l’histogramme ne permettrait pas de juger réellement de l’exposition d’une image car il n’est, disent-ils, qu’une représentation de la répartition des valeurs globales de l’image. Comme souvent, ils ont théoriquement raison et tort dans la pratique. Prenons le cas d’une image d’un objet gris foncé sur un tas de charbon (low-key): exposée selon les chiffres donnés par un posemètre indépendant, nous aurons une image dont l’histogramme sera globalement décalé à gauche, mais bien exposée. En décalant volontairement l’histogramme à droite, donc en surexposant l’image, on obtiendra une photo surexposée et ne représentant pas les teintes réelles de l’image. Mais en la retravaillant en Raw dans un logiciel, on en tirera un meilleur résultat… ce sera d’ailleurs l’objet d’un tuto un de ces 4 …

Pour ceux qui adooooorent la technique voici de quoi caler un petit creux : http://dev.ipol.im/~coco/website/docs/pres_histo.pdf

Résumé :

A quoi sert l’histogramme ? A évaluer l’exposition de votre photo

Comment lit on un histogramme ? Coté gauche les teintes foncées de la photo – côté droit les teintes claires

Comment sait on si l’image est bien exposée ? En Jpeg l’histogramme s’arrête un peu avant le bord droit – En Raw, il va jusqu’au bord mais sans sortir

Que faire si mon histogramme sort sur la droite ? On corrige l’exposition avec le correcteur d’exposition

Que faire si mon histogramme sort sur la gauche ? On corrige l’exposition avec le correcteur d’exposition (same same but different)

Et pour l’histogramme en couleur ? On verra ça dans un prochain article 😉 d’accord ?

Y a t-il une forme parfaite d’histogramme ? Non, no, keine, niet, khong !!

Un mot du professeur Jean Némart
Nikonus regardait son histogramme ébahi,
son cœur débordait de bonheur et de gratitude,
jamais il n’aurait cru que c’était si simple d’exposer,
il suffisait  de lire l’histogramme et de corriger,
radieux il passait des heures à contempler ses histogrammes,
ils sont parfaits se répétait il, parfaits, c’est merveilleux!
vient à passer un voisin un brin coquin, qui lui fait remarquer
que sa photo de mur blanc n’a pas grand intérêt,
ignare lui rétorque Nikonus excédé, mon histo est trop beau
Moralité : si bonne expo ne rime pas toujours, avec bonne photo
c’est déjà un bon point !

Cet article sur l’histogramme photo vous a plu ? Partagez le sur vos réseaux sociaux préférés, abonnez vous (dans la side-bar à droite) si vous souhaitez être tenu au courant des nouveaux sujets et n’hésitez pas à laisser des commentaires, poser des questions …

Pour ceux que cela intéresse, ces thèmes sont abordés dans le stage Initiation à la photographie et Perfectionnement à la photographie

Pin It on Pinterest

Vous avez aimé cet article ?

Partagez le sur vos réseaux préférés

%d blogueurs aiment cette page :