grammaire de l'imageLa Grammaire de l’Image c’est l’ensemble des règles qui permettent l’écriture et la lecture correcte d’une image. En fait, c’est la même définition que pour la grammaire qui nous a tant occupé à l’école. Sauf que pour des photographes, apprendre la Grammaire de l’image est souvent la clé qui permet de dépasser son propre plafond de verre.

Un stage de Grammaire fondateur

Sous ce titre un peu bizarre, se trouve aussi l’un de mes stages photo les plus vendus et les plus formateurs. Fondateur serait même plus juste, tant de l’avis des participants, il y a un avant et un après le stage Grammaire de l’image. Dans cet article, je vais vous expliquer en quoi l’apprentissage de la grammaire de l’image  peut être utile aux photographes sur le terrain comme en analyse d’images ou en post-traitement. Vous trouverez  aussi en fin d’article une offre exceptionnelle de réduction sur le stage Grammaire de l’image. Une offre réservée exclusivement aux abonnés du blog et limitée dans le temps. Alors si vous souhaitez faire des progrès en photo, continuez la lecture

Grammaire de l’Image – origines de l’expression

C’est une expression utilisée pour la première fois dans les années 1950, par Albert Plecy, peintre, photographe et président fondateur de l’association « Gens d’image », dans son livre « Photographie Art et Langage ».  La grammaire est selon le dictionnaire: l’ensemble des règles qui permettent l’écriture et la lecture correcte d’une langue. Ainsi, par extension, la Grammaire de l’image, est l’ensemble des règles permettant la lecture et l’écriture d’une image. Le visionnaire A. Plecy, avait compris que nous étions déjà entrés dans une ère de civilisation de l’image, mais que nous n’en possédions pas tous les codes. Il militait alors pour l’enseignement d’une Grammaire élémentaire de l’image dès l’école primaire. 70 ans plus tard, il faut constater que ce n’est toujours pas le cas. Le langage photographique n’ est toujours pas enseigné à l’école primaire ou secondaire.

Grammaire de l'Image

© Philippe Body

La photographie: un véritable langage

La composition ce n’est pas une compilation de trucs et d’astuces. C’est un véritable langage, riche, complexe, avec ses règles d’écriture. Chaque fois que je rencontre un collègue à l’étranger, je suis frappé de voir la similitude dans nos raisonnements par rapport à la photographie. Une très bonne photo est une très bonne photo. Et cela vaut autant pour un photographe vietnamien que  français. Certes il y a des différences d’interprétation en fonction de la culture de chacun, mais elles sont souvent minimes.

La lecture d’une image est la même pour ceux dont le regard a été bien formé, bien éduqué. Ce peut être soit par des écoles d’art, soit à travers les livres des grands photographes ou les expositions. Parfois, c’est une longue pratique combinée à un zeste de talent naturel. Faire de la photo demande beaucoup plus que de la technique ou du matériel. Il faut aussi de la créativité, un bon coup d’œil,  être capable de composer une image et comme dit Joseph Koudelka, avoir quelque chose à dire. Il faut enfin que ceux qui regardent votre image, comprennent ce que vous avez voulu exprimer. Que l’image soit une peinture ou une photographie ne change rien, les règles de grammaire sont les mêmes.

Mais apprendre à composer est plus long et difficile que d’apprendre la technique. C’est également plus intéressant et plus déterminant dans la réalisation d’une très bonne photo.

Comprendre ses erreurs de composition

Lorsque vous faites une erreur technique de mise au point ou d’exposition, vous obtenez une image floue, trop sombre ou trop claire. Le problème est facile à identifier et donc à corriger. Mais lorsque votre premier plan recoupe votre sujet ou qu’il n’amène pas jusqu’à lui, rendant votre image du coup plate et sans relief, c’est plus difficile à voir et donc à corriger. C’est à cela que sert la grammaire de l’image, à comprendre comment fonctionne une photo. A savoir comment elle se lit et comment elle s’écrit. C’est indispensable pour analyser ses propres images, comprendre ses erreurs et éviter de les reproduire. Cela permet aussi d’analyser les images des grands photographes et comprendre les ressorts de leurs chefs-d’œuvre.

Concrètement la Grammaire de l’image ça veut dire quoi ?

Être capable de lire correctement et donc de comprendre le fonctionnement d’une photo. Ainsi, on peut identifier ce qui fonctionne ou pas dans une image, son chemin de lecture, les relations entre les différentes parties de l’image, etc. Il ne s’agit pas de dire cette image est bonne ou pas, mais bien d’expliquer pourquoi elle fonctionne ou pas.

Voici un exemple simple pour vous montrer la différence entre une règle souvent répétée, mais jamais vraiment expliquée et son explication en grammaire de l’image.

La règle qui consiste à laisser de l’espace dans le sens du mouvement

Tous le monde a un jour, lu ou vu qu’il fallait laisser de l’espace devant le sujet dans la direction du mouvement. Sinon, on a l’impression que le sujet va cogner dans le bord du cadre. Une règle que beaucoup respectent sans comprendre ce qui se passe réellement. Ce qui veut dire que tout le monde fait un peu pareil …

Alors, qu’est ce qu’il se passe dans une photo comme celle ci-dessous, qui justement respecte cette règle ? A première vue, la composition est agréable et l’espace laissé dans le sens du mouvement donne une composition équilibrée. Donc la petite règle toute bête énoncée ci-dessus à l’air de marcher. Mais ça ne nous dit pas pourquoi, or moi j’aime bien comprendre …

Grammaire de l'image photo - gestion de l'espace

© Philippe Body

La règle expliquée par la grammaire

En réalité, tout mouvement connu du spectateur (ici le vélo) est naturellement prolongé par le cerveau. Cette ligne invisible s’appelle la ligne de mouvement. Mais ce n’est pas tout, le cerveau prolonge aussi la ligne créée par le regard d’un être vivant, ici le cycliste. Or ces 2 lignes sont des lignes directrices, ce qui veut dire que  le regard les suit obligatoirement. Ces lignes directrices auxquelles nous avons consacrée un article complet sont des éléments très puissants d’écriture de l’image. La ligne du regard est d’ailleurs plus forte que la ligne de mouvement. Ce qui explique qu’une composition comme dans la photo du saulnier plus haut fonctionne très bien.

les règles de grammaire de l'image

© Philippe Body

Vous voyez que c’est plus complexe et riche qu’il n’y parait, mais c’est aussi plus intéressant pour le photographe car cela nous ouvre un champ créatif beaucoup plus grand. Une fois compris ce qui créé le sens de lecture dans une image, on peut en jouer très facilement.

La Grammaire de l’image c’est la liberté

Que se passe t’il en effet lorsque l’on ne permet pas au cerveau de prolonger ces lignes ? Et bien, le spectateur ressent une sensation d’enfermement, de confinement, on manque un peu d’air quoi. C’est cet effet que j’ai utilisé dans la photo ci-dessous, pour montrer la détresse des réfugiés. Pour signifier qu’ils fuient la désolation visible dans le reste de l’image, je les ai volontairement mis au bord du cadre. On dirait qu’ils sont soulagés de quitter la photo.

reportage et grammaire de l'image

© Philippe Body

 

On voit qu‘il est bien plus intéressant de comprendre pour de bon ce qu’il se passe que de se contenter d’appliquer une règle simplificatrice. D’autant que ces règles sans grande valeur, finissent par vous formater et vous empêcher de tenter certains cadrages. Au contraire la maitrise de la grammaire de l’image c’est la liberté absolue pour les photographes.

Une photo hors règles

Dans l’image ci-dessous, la photographe utilise sa connaissance de la Grammaire pour créer une composition puissante qui se joue des « pseudo-règles » de composition. Elle centre le sujet principal – ce qui donne une grande force à l’image tout en remplissant entièrement le champ et en coupant un animal. Le résultat est magnifique, mais surtout bien pensé. En effet, le cerveau complète automatiquement toute forme connue. Ce faisant il se projette hors du cadre de l’image et agrandit littéralement celle-ci. Une technique utilisée par les grands photographes et qui repose précisément sur la connaissance de la grammaire de l’image est des découvertes de l’école de Gestalt. Beaucoup de personnes vous diront qu’il ne faut pas couper. Mais combien seront capable de seulement émettre un début d’explication. Pourquoi ne faut il pas couper ? Pour éviter de blesser quelqu’un ? 😉

composition l'art de couper la photo

© Nathalie Body

La lecture de gauche à droite

premier plan directif composition photo

© Philippe Body

Voici un dernier exemple. Tout le monde a également lu que la lecture d’une image se faisait de droite à gauche. Assertion souvent relayée, mais qui n’est qu’une projection de la façon dont nous lisons un texte. Comme si texte et image se lisaient de la même façon. On sait depuis longtemps que c’est faux et j’en ai déjà parlé dans un article. Là encore comprendre la grammaire de l’image ouvre des horizons considérables. On a tous eu envie au moins une fois de faire la photo d’une … photo ou d’une peinture au musée ou dans une expo. Mais voilà une image sur un mur c’est un peu juste en terme de composition. Voici un exemple qui utilise la grammaire de l’image pour créer une composition apportant profondeur, dynamisme et sens de lecture imposé par le photographe. Cette image a été prise au musée de la guerre de Saigon.

Écrire sa photo

Tout d’abord plutôt que de me mettre parallèle au mur, je me suis mis de biais. Je crée donc une déformation en trapèze. Ce qui donne du dynamisme. Pour contrôler ce mouvement et éviter que le regard ne sorte trop vite du cadre, j’ai attendu qu’une personne passe sur le côté gauche. Il faut juste que ce personnage soit flou pour qu’il ne prenne pas trop d’importance. Pas difficile avec la profondeur de champ. Mais plus important, il faut que son regard soit au même niveau que les yeux de l’homme photographié. Ainsi, le sens de lecture de mon image est verrouillé. C’est une image sans prétention. Une photo de reportage, destinée à la presse magasine. Mais vous voyez qu’elle est néanmoins bien écrite, bien structurée et cette image se lira de la même façon dans la plupart des pays

 

 

 

Une promotion exceptionnelle sur un stage qui permet de photographier autrement

J’espère vous avoir convaincu de l’importance de connaitre cette grammaire de l’image. Bien sûr, je ne vais pas en faire le tour dans un article, il faudrait un livre (et oui, c’est en préparation, je vous en reparlerai). Par contre, je vous invite à venir faire le stage à la maison, ce qui sera l’occasion de se rencontrer et surtout pour vous un formidable nouveau départ. Le programme complet de ce stage de 2 jours est visible ici.

Comme promis, les abonnés du blog pourront bénéficier d’une remise exceptionnelle : 220€ au lieu de 275€ – soit 20% de réduction. La réduction est valable pour les 2 sessions suivantes : week-end du 16 et 17 mai 2020 et weekend du 14 et 15 novembre 2020 – soit seulement 14 places de libre. Pour en bénéficier, il suffit de vous connecter sur le site et la page du stage et de commander, puis d’entrer le code promo suivant pour que la réduction soit appliquée. CODE PROMO : GRAM2020. La commande doit être faite avant le 30 avril 2020

N’hésitez pas à me contacter si vous voulez des renseignements (par mail uniquement, je suis en reportage en Asie) – bonne journée et belles photos. Philippe Body

Abonnez vous à ce blog

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir un message lorsqu'un nouvel article est publié

Rejoignez les 2 135 autres abonnés

Philippe Body

Photographe de voyage professionnel, blogueur, directeur de Avec Un Photographe

Photographe de voyage professionnel, spécialisé sur l’Asie, Philippe Body je parcours le monde depuis l’âge de 22 ans,réalisant reportages et livres et guides de voyage. Mon travail photographique est diffusé par les agences photo Hemis.fr, Gamma-Rapho et Getty Images entre autres ainsi que sur ma photothèque pro : www.phlippebody.com

En 2011, je créé le site www.avecunphotographe.fr puis la société AVEC UN PHOTOGRAPHE pour proposer des stages photo axés sur la composition et la créativité. J’organise aussi des voyages photo en Asie. Le blog avec un  photographe est lancé en 2015. Depuis le site s’est ouvert à d’autres photographes pros de talent. … en savoir plus

sed libero Praesent elit. velit, eget non elit. massa felis quis, Sed

Pin It on Pinterest

Share This