amateur de photographie

© Edward Curtis

Le véritable amateur de photographie ne se projette pas lui-même dans l’image qu’il regarde, il s’en imprègne, la contemple et s’en nourrit. Par Jean-Baptiste Rabouan

Amateur de photographie

Un ami collectionneur d’art me disait combien il éprouvait de plaisir à contempler ses œuvres. Il avait dans sa collection des peintures, des sculptures, des photographies anciennes et contemporaines. Au cours de nos discussions, il me fit remarquer que l’amateur d’art n’imagine pas, habituellement, être peintre, sculpteur ou musicien. Son art à lui est de savoir entrer en communion avec les œuvres, en décrypter les émotions intimes pour s’élever, d’une certaine manière, spirituellement.

La photographie ne répond pas à cette logique. Souvent un amateur de photographie l’envisage comme une pratique. En regard du nombre de ceux qui font de la photo, ils sont relativement peu nombreux à être de véritables « regardeurs » d’œuvres photographiques. Il est vrai que prendre une photo ne requiert aucune virtuosité alors que l’on ne peint pas une toile en appuyant sur un bouton !

Photographe de métier et amateur de photographie – j’ai constaté que j’apprécie d’autant plus les expositions lorsque je ne suis pas moi-même en période de production. Désormais, je choisis de ranger l’appareil, parfois une semaine ou plus, et de consacrer ce temps à aller aux expositions, à regarder des livres de photographies ou à me plonger dans ma collection de photos anciennes…

amateur de photographie

Léonard Missone : Sale Temps, 1904

Quand le regardeur s’implique dans l’œuvre

Lorsque la photographie fut découverte au 19e siècle, l’habitude était de contempler les œuvres picturales pendant des heures et de nombreuses fois. Les correspondances entre les artistes et les acheteurs montrent combien le « regardeur » s’impliquait dans le tableau ou le dessin. Il y voyait des choses que l’artiste lui-même n’avait sans doute pas imaginées : Et n’est-ce pas la fonction d’une œuvre d’art ? Les photographies étaient regardées de la même manière même si beaucoup y voyaient plus une performance technologique qu’artistique.

amateur de photographie

Edward Curtis 1858-1952 : Three Horses, Native American

Il y a plusieurs manières d’apprécier l’art, photographique ou autre. La plus courante est de passer de longues minutes à contempler chaque œuvre, la mémoriser dans ses moindres détails, laisser l’imagination penser l’œuvre sans limite et éveiller les émotions sans retenue. Une autre consiste à regarder les pièces en quelques secondes, faire le tour de l’exposition à toute vitesse et, dans la foulée, analyser ce qu’il en reste : Qu’elles sont les œuvres qui nous ont marqués ? Quelle impression globale reste-t-il ? Puis refaire la visite une, deux, trois fois… La perception du travail de l’artiste est très différente selon la posture que l’on adopte pour découvrir ses œuvres. L’idéal étant, bien sûr, de pouvoir faire les deux !

Ces notions sont abordées dans le stage Grammaire de l’image et Photo Philo

 

Abonnez vous à ce blog

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir un message lorsqu'un nouvel article est publié

Rejoignez les 1 946 autres abonnés

Note > cet article possède des liens d’affiliation vers le magasin Miss Numérique. Ces liens sont repérables à leur couleur bleu foncé. Si vous cliquez sur le lien et achetez le produit présenté, nous touchons une commission de 3%. Ce n’est pas ce qui va nous rendre riche, mais ça évite la pub et ça peut aider un peu. Pour vous, aucune différence, vous payez le même prix

Jean-Baptiste Rabouan

Photographe de voyage professionnel, écrivain, spécialiste des procédés alertantifs

Jean-baptiste Rabouan a de nombreuses cordes à son arc : photographe, journaliste et écrivain.

Jean-Baptiste collabore avec de nombreux éditeurs de livres et titres de la presse magazine internationale. Il a été l’un des collaborateurs « staff » du magazine Grands-Reportages de 2000 à 2016 et publie aujourd’hui aux Éditions Glénat. Ses principaux ouvrages dont il signe les textes et photographies sont Ladakh, voyage au royaume de la laine, Cheminements ; Mother India et À la recherche des laines précieuses. Ce dernier a reçu le prix AJT du livre de voyage de l’année 2016 et a été publié aux États-Unis .Auteur également de deux romans : un Jardin sur le Gange, et Le Miel Amer de l’Himalaya.  En marge de la presse magazine et de l’édition, c’est aussi un tireur chevronné qui réalise lui- même ses tirages d’art classiques ou avec des procédés alternatifs

Son travail est distribué par les agences photo Laif et Light Mediation… en savoir plus

elit. felis ut velit, ipsum Aenean massa facilisis

Pin It on Pinterest

Share This

Vous avez aimé cet article ?

Partagez le sur vos réseaux préférés

%d blogueurs aiment cette page :