Aujourd’hui, je vais vous raconter l’histoire de 3 photos qui ont changé le monde – histoire de voir si cela est vraiment possible et de s’attarder un peu sur le secret, l’alchimie de cette particularité de la photographie.

Y a t-il des photos qui ont changé le monde ?

Oui et vous connaissez certainement les 3 photos qui ont changé le monde que je vais vous présenter. Même les plus jeunes ont sans doute vu ces images dont la plus ancienne remonte à la guerre du Vietnam en 1972. Pourquoi ? Et bien sans doute parce que ces images font aujourd’hui. désormais partie du patrimoine visuel de l’humanité. Certaines images racontent le monde, d’autres le décrivent, d’autres encore, beaucoup plus rares le font changer, même si ce n’est que pour un temps, elles influent sur la course du monde.

La photo qui marque la fin de la guerre du Vietnam

la première de ces  3 photos qui ont changé le monde est une image prise en 1972 par le photographe Vietnamien / Américain Nick Ut. Elle montre plusieurs enfants fuyant ce qui semble être un bombardement. Parmi eux Kim Phuc une jeune fille nue, dont on retrouvera des années plus tard la trace ce qui ajoutera encore au caractère universel de cette image. Il s’agit bien d’un bombardement au napalm d’un village allié des États-Unis par erreur.  A sa publication aux États-Unis, elle va rapidement enflammer le débat déjà existant dans l’opinion publique américaine quant à la profonde injustice de cette guerre. Beaucoup d’historiens et de chercheurs, gens de texte qui refusent souvent aux images un tel pouvoir, vont contester le rôle de cette image en disant notamment que le peuple américain était déjà sur le point de changer de point de vue sur ce conflit. Mais cette image va cristalliser l’horreur, lui donner un visage et faire basculer pour de bon l’opinion américaine. Le secret de l’incroyable puissance cette image : il n’y a sur la photo que des enfants, symboles d’innocence et que l’on ne peut accuser d’être des ennemis, l’image est insoutenable et incompréhensible (tout ça par erreur) et bien sûr elle arrive à un moment charnière de la guerre du Vietnam où l’opinion se questionne sur le bien fondé de cette aventure. Cette photo va être le catalyseur de cette opposition naissante mais encore confuse. C’est la force de l’image. Elle ne s’embarrasse pas de logique ou d’arguments, elle soulève un torrent d’émotions qu’aucun discours bien-pensant n’est capable d’endiguer.

photos qui ont changé le monde

© Photo Nick Ut – AP

L’homme seul face aux tanks

C’est une autre image choc et très connue. Elle est prise le 5 juin 1989 pendant les manifestation étudiantes qui ont lieu à Pékin, en Chine sur la place Tiananmen par Jeff Widener de l’agence AP. Plusieurs autres photographes sont sur le même toit d’hôtels et réalisent des photos très proches.

photos qui ont changé le monde

© Jeff Widener – AP

Peut on dire que cette image fait partie de ces photos qui ont changé le monde ?

Non répondent là aussi beaucoup d’historiens, avançant que la révolte étudiante a été matée et que l’image n’a pas empêchée le massacre de plusieurs milliers de personnes. Mais la photo a fait le tour du monde et est devenue pour le régime chinois qui se soucie de son image bien plus que l’on ne pourrait croire une véritable plaie. Cette photo a révélé aux yeux du monde un aspect d’un régime totalitaire et a marqué les esprits de façon durable. En cela oui, elle a changé le monde.

Quand une image émeut l’opinion et fait basculer les politiques

Notre dernier exemple est beaucoup plus proche de nous : c’est la photo du corps sans vie d’un petit garçon (Alan Shenu appelé Kurdi dans un premier temps) retrouvé sur une plage de la station balnéaire de Bodrum en Turquie. Prise le 2 septembre 2015 par la photographe Nilufer Demir de l’agence  Dogan News Agency / AFP le cliché va faire le tour du monde et devenir le symbole du drame des migrants.

photos qui ont changé le monde

© Nilufer Demir de l’agence  Dogan News Agency / AFP

En France, l’image fait changer l’attitude des français par rapport à l’accueil des migrants selon un sondage réalisé juste après. 44% des personnes interrogées se disaient favorable à l’accueil des migrants  de Syrie,  ils étaient 53% quelques jours après la publication. En démocratie, passer de 44 à 53% c’ela peut être décisif. En Allemagne l’émoi suscité par la publication pousse la chancelière Merkel à changer sa politique d’accueil. Au Canada, les trois principaux partis politiques, en pleine campagne électorale pour les législatives promettent d’accueillir plus de réfugiés. et ce ne sont là que quelques exemples de ce que cette photo a changé.

Avant et après le cliché de Nilufer Demir, d’innombrables images ont documenté le drame des migrants en méditerranée, mais la vague d’émotion soulevée par cette image est sans égale. Pourquoi ? Pourquoi une image devient virale et fait le tour du monde ? Mystère, personne ne comprend cette mécanique. Ce qui est sûr c’est que cette image a donné un visage aux drames des migrants. Elle a pénétré notre sphère émotive et culturelle.

Un rapport à la vérité unique dans les arts et moyens d’expression

Ces photos qui ont changé le monde à leur façon ont une chose en commun: un rapport avec la vérité particulier. Elles font vrai et elles sont simples. L’information qu’elles donnent est limitée et donc facile à appréhender alors que la situation à laquelle elles se rapportent est elle complexe. Les images disent ce qu’un texte ne saurait dire sans paraitre puéril et naif. Elles disent un enfant est mort parce que nous n’avons rien fait. Et elles tirent leur puissance de ce rapport unique que la photo entretient avec la vérité. Bien sûr, la photo peut être retouchée, photo-montée, truquée, mise en scène, mais cela est encore plus vrai des autres moyens d’informations à commencer par le texte. Il n’empêche que le public qui regarde une telle image, la regarde d’abord comme vraie, comme un fragment de vérité. Et lorsque cette parcelle de vie réelle pénètre notre cuirasse protection personnelle, alors les photographies acquièrent tellement de puissance que oui elles peuvent bien changer le monde.

Conserver dans ses images cette relation à la vérité

Dans son travail de tous les jours le photographe doit faire attention à garder un lien avec cette particularité de la photographie. C’est vrai à la prise de vue comme au post-traitement. relisez l’article sur les photo-retouchées. Sans cela la photographie perdrait beaucoup de son charme, et même un peu de son âme. 

Nous parlons et abordons ces sujets (et bien d’autres) dans les stages Grammaire de l’image et Photo-philo

Si cet article vous a plu n’oubliez pas de partager sur les réseaux sociaux et à bientôt

 

Abonnez vous à ce blog

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir un message lorsqu'un nouvel article est publié

Rejoignez les 1 681 autres abonnés

Philippe Body

Photographe de voyage professionnel, blogueur, directeur de Avec Un Photographe

Photographe de voyage professionnel, spécialisé sur l’Asie, Philippe Body je parcours le monde depuis l’âge de 22 ans,réalisant reportages et livres et guides de voyage. Mon travail photographique est diffusé par les agences photo Hemis.fr, Gamma-Rapho et Getty Images entre autres ainsi que sur ma photothèque pro : www.phlippebody.com

En 2011, je créé le site www.avecunphotographe.fr puis la société AVEC UN PHOTOGRAPHE pour proposer des stages photo axés sur la composition et la créativité. J’organise aussi des voyages photo en Asie. Le blog avec un  photographe est lancé en 2015. Depuis le site s’est ouvert à d’autres photographes pros de talent. … en savoir plus

ante. mattis porta. id dolor. commodo neque. id, quis velit, adipiscing quis,

Pin It on Pinterest

Share This

Vous avez aimé cet article ?

Partagez le sur vos réseaux préférés