C’est une photo retouchée ça non ? De plus en plus souvent, les gens s’interrogent sur la vérité objective d’une photographie, quel que soit son genre d’ailleurs. Pas une exposition où le public ne pose cette question au photographe. Qu’entend votre interlocuteur par photo retouchée ? Souvent, il ne sait pas trop lui-même. Mais c’est le signe certain d’une gêne, d’une méfiance qui commence à s’installer. Car photo et réalité, vraisemblance, instantanéité ou même vérité sont liés depuis les origines.

Qu’est ce que l’on entend par photo retouchée

On parle de photo retouchée lorsque les interventions en post-production sont à ce point importantes qu’elle changent le sens de la photo ou qu’elles en modifient considérablement son rendu, son apparence. C’est le cas notamment lorsque l’on « gomme » ou fait disparaitre des éléments gênants. Le genre de mésaventure qui est arrivé en 2014 à un photographe de presse qui fut viré illico par son agence: Associated Press. Le photographe détenteur d’un prix Pullitzer avait « enlevé » une zone importante de son image avec Photoshop. Celle-ci a été considérée comme une photo retouchée. Si la même chose est faite à la prise de vue, on parle de mise en scène ou de trucage et c’est un autre sujet, mais cela revient un peu au même. Pourtant le post-traitement ne signifie pas forcément retouche.

On considère en général que les améliorations légères de contraste, de luminosité, etc, ne sont pas du domaine de la retouche. Idem pour l’accentuation et le traitement du bruit numérique. De même lorsque l’on utilise un logiciel pour rendre la peau d’un mannequin parfaitement lisse, tout va bien. Mais si vous modifiez son apparence corporelle (en lui faisant perdre quelques kilos), il est désormais obligatoire de porter la mention  » Photo retouchée « . C’est le décret sorti en 2017 qui a imposé cela. Il y a donc depuis peu un « label » photo retouchée.

photo retouchée

Assassinat de l’ambassadeur russe en Turquie: Photo de presse, pas de retouche

Faut il éviter de retoucher ses images ?

La question se pose différemment pour un photographe amateur et un professionnel. Le premier est parfaitement libre de faire ce qu’il veut.. Si vous aimez les couleurs ultra-saturées, les contrastes dramatiques ou les presets flatteurs c’est votre choix. Pour un photographe professionnel, on se doute que ce n’est pas pareil. La photo retouchée est selon les cas nettement moins bien vue.

Tout dépend du genre de photo que vous faites

En fait, la retouche passe plus ou moins bien en fonction du genre photographique. En photo de mode ou publicitaire c’est la norme et il n’y a pas de limite (mais il faut parfois apposer la mention photo retouchée). En photo commerciale, un post-traitement assez fort est toléré (voire demandé), il faut que ça claque.

Dans l’image ci-dessous, le photographe Gilmar Silva montre la photo avant et après … Un site intéressant reprend quelques unes de ses créations. Techniques bien connues des photographes pros mais qui ne peuvent être utilisées que pour ce type d’image commerciales.

photo retouchée

Dans cette image, trucage à la prise de vue (le bébé n’est pas transporté) et post-traitement poussé transforme une vue banale en très belle image. La photo est de type commercial, mais elle pourrait faire partie d’un reportage. Ce serait alors de la retouche abusive.

Mais en photo de reportage magasine, ou actualité le post-traitement doit être très léger sinon on considère qu’il s’agit d’une sorte de tricherie.

En presse, la photo retouchée peut être sanctionné comme dans le cas du prix Worldpress de 2013. Dans l’image ci-dessous signée Paul Hansen, plusieurs voix se sont élevés pour dénoncer un post-traitement trop accentué qui fait paraitre l’image encore plus dramatique.

photo retouchée

Beaucoup ont considéré que le post-traitement de cette image de presse avait été trop fort.

Et voici l’image non traitée – plus saturée et un peu moins « dramatisée » dans le ciel. Le reproche vient de ce que le post-traitement n’apporte rien en terme d’information et ne se justifie donc pas … Car d’un film ou d’un style d’image à l’autre, on peut avoir ce genre d’écart en colorimétrie et contraste. De mon point de vue en l’occurrence, la polémique était sans objet, même si pour une photo de presse, je trouve que le post-traitement est exagéré.

Faut il bannir le post-traitement ?

Bien sûr que non. Le post-traitement est pour la plupart des photographes l’occasion d’améliorer un peu leurs images, de rattraper une erreur d’exposition ou de recadrer, pas de faire une photo retouchée. Il y a bien sûr des ayatollahs qui vous diront qu’une image ne doit jamais être recadrée, ni travaillée. Henri-Cartier Bresson en son temps défendait une image de ce type, disons brute de déco. Et pourtant il travaillait en N&B qui est déjà en soi une interprétation. Personnellement, j’ai longtemps travaillé en diapositive comme beaucoup de professionnels dans les années 90. Une diapo était livrée au client telle quelle, non recadrée, non retouchée, et je peux vous dire qu’il y avait un paquet de déchets. Une super école de la rigueur d’accord, mais qui n’est plus de mise aujourd’hui. C’est le seul exemple d’absence totale de traitement. Le choix du photographe se bornait à choisir son film et le rendu particulier qu’il avait. On était Fuji ou Kodak, Velvia ou Provia et basta.

Du rendu du film aux styles d’images

Aujourd’hui, on choisit ses styles d’images, picture control et autres rendus des Appareils Photo Numériques. C’est la même chose. Les boitiers FUJI par exemple proposent les rendus de leurs anciens films argentiques (Velvia, Provia, etc). Les couleurs et le rendu sont identiques à ceux d’autrefois. Avec le numérique nous sommes revenu au temps du développement et qui dit développement dit interprétation.

Donc, à part cette parenthèse diapositive, il y a toujours eu du post-traitement en photographie. Cela fait partie du processus. Pendant longtemps, le post-traitement en couleurs et parfois en N&B était fait par une tierce personne, mais aujourd’hui il est à la portée de tous. Il faut donc faire du post-traitement, mais pas n’importe comment.

Différence entre post-traitement et retouche

Les réglages de contraste, d’exposition (y compris les outils de réglage local), le recadrage, le redressement, les corrections des défauts optiques et géométriques ne sont pas considérés comme des outils de retouche. Tant que vous n’exagérez pas …

La balance couleur, l’outil de suppression des défauts, sont des outils qui appartiennent au monde de la retouche. Si vous vous en servez pour supprimer une tache de capteur, très bien mais en enlevant un objet ou une personne gênante, vous tombez dans la retouche photo. Dans l’exemple ci-dessous, la dynamique exagérée – et très loin de ce que l’œil humain est capable de percevoir – tout comme les couleurs saturées et une accentuation qui souligne les reliefs d’un liseré blanc font penser à une photo retouchée. Le post-traitement est trop fort

post-traitement ou retouche

Avec des pincettes

Mais c’est surtout le dosage qui est responsable bien souvent de l’impression de retouche qui se dégage d’une photo. Il y a une vérité de la lumière et de la scène qui est ressentie instinctivement par les spectateurs. Parce qu’ils ont déjà vu des scènes similaires à votre image tout simplement. Une photo de brume avec un trop fort contraste ? Impossible et donc suspect. Une balance couleur super chaude et des ombres courtes ? Peu crédible. Un reflet dans l’eau plus clair que le sujet ? Impossible. Un œil averti verra tout de suite le trucage, mais le grand public aussi sentira comme une petite gêne. et posera éventuellement la question … c’est une photo retouchée ça, non ?

photo retouchée

Voici une image brute de capteur en NEF (Raw Nikon) – Volontairement sous-exposée

photo retouchée

Voici l’image après post-traitement. La balance des blancs réglée à la prise de vue sur le Jpeg a permis de corriger fidèlement. Des améliorations légères

photo retouchée

Ici, le post-traitement est trop fort et s’écarte de la vérité de la scène et de la lumière. Des liserés d’accentuation sont visibles, le contraste et la saturation sont trop forts. C’est de la retouche

Et mon style artistique alors ?

Si vous êtes un artiste, alors vous êtes parfaitement libre de faire tout ce qui vous semble bon. Aussi bien à la prise de vue qu’en post-traitement cela va de soi. Le problème est le mélange des genres.

L’artiste propose une vision personnelle du monde, le photographe un témoignage sur le monde. Le second se doit d’être plus proche de la réalité. En photo de paysage, depuis l’arrivée du numérique, l’utilisation du HDR, des filtres dégradés et d’un post-traitement poussé, on a ainsi tendance à s’écarter de plus en plus de la réalité. Toutes les images sont saturées, dramatiques, contrastées, même par temps gris. Peu crédible et finalement lassant car on tombe dans l’effet.

photo retouchée

Le photographe de mariage Gimar Silva a montré le making off de ses images. Une utilisation de presets Photoshop ou Lightroom, qui change totalement le rendu des images. Mais pas si éloignée que ça de certaines images censées être naturelles.

Comment avoir un style sans retoucher ses images

On l’a dit, d’un film à l’autre, le rendu est différent. En numérique, vous avez les styles d’images. De cette façon, vous pouvez choisir un style de rendu pour vos photos. Pour les plus à l’aise avec la technique vous pouvez enregistrer ce rendu et le passer d’un boitier à l’autre, l’adapter et ainsi le conserver au fil des années. Ensuite, travaillez plus à la prise de vue et pas devant l’ordinateur. La balance des blancs par exemple se règle sur le terrain, lorsqu’il y a une dérive. Il n’y a que comme ça que vous pouvez être sûr de la justesse (même si celle-ci est relative) de vos couleurs.

styles d'images

La retouche photo dans l’histoire

De tous temps, certains ont cherché à utiliser les images à leur profit et notamment cette relation à la réalité qui définit une photo. Des personnages qui disparaissent des photos officielles, des détails gênants effacés, trucages et mises en scènes ont toujours existé bien avant l’arrivée du numérique. Celui-ci a simplement grandement facilité la tâche des censeurs et des tricheurs, mais à donné une connotation de tricherie à la retouche.

Conclusion

Pour terminer avec ce sujet forcément un peu polémique, il faut reconnaitre qu‘il n’existe aucune règle pour dire ce qui relève de la retouche ou du post-traitement « accentué ». Bien souvent, les photographes cherchent juste à renforcer les couleurs, le contraste pour donner un peu de punch à l’image. Rien que de très normal. Mais si vous poussez un peu loin les curseurs, votre image va prendre un aspect retouché qui a peu de chance de vous servir. Les couleurs saturées et les images hyper piquées tiennent de l’effet de mode. Cela passera. La justesse et le respect de la vérité de la lumière c’est indémodable. regardez l’œuvre des grands photographes. Elle se passe de mode.

Dans un prochain article nous parlerons des styles d’images et de leur utilisation, notamment pour personnaliser le rendu de ses images. Alors abonnez vous pour ne rien rater et partagez, partagez, sur vos réseaux. 🙂

Abonnez vous à ce blog

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir un message lorsqu'un nouvel article est publié

Rejoignez les 1 681 autres abonnés

Philippe Body

Photographe de voyage professionnel, blogueur, directeur de Avec Un Photographe

Photographe de voyage professionnel, spécialisé sur l’Asie, Philippe Body je parcours le monde depuis l’âge de 22 ans,réalisant reportages et livres et guides de voyage. Mon travail photographique est diffusé par les agences photo Hemis.fr, Gamma-Rapho et Getty Images entre autres ainsi que sur ma photothèque pro : www.phlippebody.com

En 2011, je créé le site www.avecunphotographe.fr puis la société AVEC UN PHOTOGRAPHE pour proposer des stages photo axés sur la composition et la créativité. J’organise aussi des voyages photo en Asie. Le blog avec un  photographe est lancé en 2015. Depuis le site s’est ouvert à d’autres photographes pros de talent. … en savoir plus

velit, mattis vel, Lorem tristique dapibus eleifend tempus

Pin It on Pinterest

Share This

Vous avez aimé cet article ?

Partagez le sur vos réseaux préférés