Écrire avec la lumière

Source – © Wikipedia

Photographie veut dire littéralement écrire avec la lumière (du grec photos = lumière et graphein  = peindre, écrire.). La lumière est donc notre matière première, notre encre, nos couleurs. Avec elle, nous allons pouvoir écrire et garder une trace. Le terme aurait été inventé ou tout au moins imposé par Sir John Herschel

Écrire avec la lumière

Que ce soit avec les films ou les capteurs numériques, prendre une photo c’est réellement écrire avec la lumière et pas seulement une expression. Comprendre la lumière, savoir l’apprécier, la jauger, est absolument indispensable à tout photographe. Nous allons voir ensemble les différentes qualités de la lumière et ses principales caractéristiques, sous l’angle de la photo bien sûr.

Et la lumière fut !

La lumière est un rayonnement électromagnétique dont les ondes vont du violet profond au rouge. Soit de 400 à 700 nanomètres (pour les techniciens …). On appelle cette étendue, le spectre de la lumière et c’est Newton qui ne s’intéressait pas qu’aux pommes (ça rime) qui a le premier eut l’idée de la décomposer. Ainsi en faisant passer une lumière blanche à travers un prisme, on découvre toutes les nuances de couleurs qui la composent. Écrire avec la lumière sera d’autant plus facile si l’on connait les principales qualités de celle-ci.

Les qualités de la lumière

On va parler ici de dureté ou de douceur, d’intensité, de direction et de couleur. Des choses qui souvent ne préoccupent pas les photographes qui travaillent en lumière naturelle. Le travail en lumière artificielle, flash ou continue, en revanche oblige à s’intéresser à ces qualités. Ce qui s’avère d’ailleurs très formateur.

Écrire avec la lumière

Lumière dure

On dit d’une lumière qu’elle est dure lorsqu’elle est directe et n’a pas été diffusée ou subi de diffraction. Elle se propage alors en ligne droite et se caractérise par des ombres denses, très noires, un fort contraste et des contours nets. C’est la lumière du soleil à midi par temps clair.

Lumière douce

Une lumière est qualifiée de douce, lorsqu’elle est diffusée ou diffractée. La diffusion intervient lorsque l’on place une surface opaque ou translucide entre la source lumineuse et le sujet. Dans la nature, ce sont les nuages qui jouent le rôle de diffuseur. Un drap blanc tendu au dessus du visage d’un modèle fera de même. La diffusion empêche la lumière de se diriger exclusivement en ligne droite. Elle donne une lumière moins contrastée, avec des ombres moins noires, des contours adoucis et plus de modelé. On parle aussi de lumière à portrait.

L’autre source ou cause de lumière douce est la diffraction. Celle-ci advient lorsque la lumière rencontre des particules sur son chemin, comme de la pluie, fumée, gouttelettes des nuages, brume, etc. Elle change alors de direction et ne se propage plus en ligne droite. Le résultat est le même que pour la diffusion.

Lumière naturelle et artificielle

Il existe 2 types de lumière : la naturelle émise principalement par le soleil et la lumière artificielle qui provient de multiples sources. La lumière artificielle peut être incandescente, fluorescente, led, etc, mais possède un certain nombre de qualités communes. La principale différence entre les 2 sources de lumière vient d’un phénomène appelé déperdition. Durant leur trajet, les rayonnements lumineux perdent de leur puissance. Avec le soleil, la puissance colossale de la lumière et la distance immense entre la terre et l’astre font que cela ne se voit pas en pratique. Cependant lorsque la lumière entre par une fenêtre par exemple, on la voit bien décroitre en intensité très rapidement. Avec la lumière artificielle en revanche, c’est très net. Sous le lampadaire, on voit bien, mais à quelques mètres à peine, on n’y voit plus rien.

Écrire avec la lumière

La chaleur de la lumière artificielle, dure et jaune contraste avec la lumière bleue diffuse du ciel

Lumière naturelle

« Ô soleil, toi sans qui les choses ne seraient que ce qu’elles sont » – Edmond Rostand. Pour ceux qui souhaitent apprendre à écrire avec la lumière le soleil est souvent la première et principale source lumineuse. Si rien ne vient perturber la course de la lumière, le soleil fournit une lumière dure, très puissante et contrastée. Mais heureusement pour les photographes, la lumière du jour est très marquée par les conditions atmosphériques. L’angle sous lequel on perçoit la lumière, la présence de particules, de brume, de nuages influent très fortement sur la qualité de la lumière naturelle. De plus, à cette lumière directe naturelle, s’ajoutent une lumière réfléchie et une diffuse qui vont adoucir un peu la bête.

Lumière directe, réfléchie et diffuse

La lumière qui nous provient du soleil est directe. Mais elle arrive en telle quantité et puissance qu’elle se réfléchit sur tous les objets possibles, éléments atmosphériques ou terrestres. La mer, l’eau, les nuages, une étendue de sable, un mur de couleur claire, on pourrait prolonger indéfiniment la liste des éléments réfléchissants. Cette lumière réfléchie n’est plus directe et donc plus douce. Elle est aussi colorée par la surface réfléchissante aussi parfois. Les nuages, les particules présentent dans l’air, la fumée, les gouttelettes de brume vont elles diffuser la lumière directe. Casser sa belle trajectoire et l’adoucir. Ce que l’on appelle lumière naturelle est un mélange de ces 3 types de lumière. Et le dosage varie tous les jours rendant la qualité de la lumière infiniment changeante.

Lumière artificielle

Écrire avec la lumière artificielle est nettement plus compliqué qu’avec la lumière naturelle. Cette fois il faut régler soi-même là ou les sources lumineuses, les photographes disent: bâtir la lumière. Le phénomène de déperdition est ici maximal. Avec un flash on aura bien du mal à éclairer uniformément une scène un peu vaste. Ce phénomène est d’autant plus marqué lorsque la source lumineuse est proche du sujet. C’est un problème que connaissent bien les photographes de studio  Voici la raison pour laquelle, il est si complexe parfois de travailler au flash …

Écrire avec la lumière

Lumière artificielle : l’intensité baisse très vite au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la source

 

La douceur du ciel

En fait une grande partie du rayonnement du soleil est piégée dans l’atmosphère. Cette lumière – très colorée de bleu par le ciel – va se comporter comme une seconde source lumineuse diffuse. Ce sont les particules présentes dans l’atmosphère qui diffusent la lumière du ciel. C’est ce qui explique que l’on distingue des choses dans l’ombre d’une maison par exemple alors que celle-ci n’est pas éclairée directement par le soleil. C’est aussi ce qui explique la grande différence de balance couleur sur ce type de scène. Blanche ou jaune (3500 à 5500° K) pour la maison éclairée directement par le soleil et bleue pour l’ombre éclairée par la lumière diffuse du ciel (8000 à 10 000°K). Un contraste chaud froid intéressant pour les photographes.

écrire avec la lumière

Couleurs chaude du soleil levant et lumière bleue froide issue du ciel créent un contraste chaud / froid saisissant

Golden hours – Une histoire d’angle

C’est l’autre grand facteur de qualité. Lorsque le soleil se lève ou se couche sur l’horizon, la lumière du soleil passe à travers une quantité d’atmosphère plus importante. Elle se colore de jaune et de rouge (on parle lumière chaude). Un must pour ceux qui aiment écrire avec la lumière au point que les anglo-saxons ont qualifié ces moments de « golden hours », les heures magiques. Pour les mêmes raisons, la lumière changera de qualité selon la latitude. Plus dure à l’équateur et aux tropiques, avec des « golden hours » très réduites alors que plus on se rapproche des pôles et plus la lumière est chaude et les heures magiques se prolongent.

Écrire avec la lumière

Golden hour. Douceur et couleurs chaudes des premiers rayons.

 

La direction de la lumière

La lumière se définit aussi par sa direction. Pour nous, la lumière naturelle provient d’en haut et d’une seule source. Pour ceux qui veulent bâtir un éclairage artificiel au flash tout en gardant l’aspect naturel, ce sera une obligation. Dans les films d’horreur, on utilise un éclairage provenant d’en bas pour ajouter au bizarre d’une scène et créer un sentiment angoissant. Mais la direction de la lumière s’analyse aussi par rapport à l’appareil et au photographe. De face, de dos, sur le côté chaque type de lumière va donner une qualité différente, sur lesquelles nous reviendrons en détail dans un prochain article détaillé.

Écrire avec la lumière sera suivi d’une série d’articles sur la lumière , la couleur, les lumières artificielles et les façons de la travailler, alors … abonnez vous au blog pour ne rien rater et partagez !! Cela nous permet de continuer à écrire

tristique Praesent libero. Aenean Sed accumsan pulvinar libero leo justo

Pin It on Pinterest

Share This