J’avais déjà abordé rapidement le sujet du RAW compressé dans l’article sur le format RAW. Plusieurs personnes m’ont demandé de détailler un peu cela et  nous allons le faire ici

Pourquoi un format RAW compressé ?FORMAt raw

Pour gagner de la place bien sûr. Les fichiers au format RAW ont tendance à être de plus en plus volumineux.  Si vous shootez en rafales (sport, animalier, évènementiel) vous saturez sans doute assez vite votre carte mémoire.

Des gros fichiers RAW ont aussi tendance à ralentir le rythme de travail lorsque la mémoire tampon (buffer) de votre boitier est saturée. Enfin, le port-traitement des gros fichiers prend lui aussi plus de temps.

D’où l’idée d’un format Raw compressé

Compressé sans perte ou avec perte ?

La confusion à propos de ce réglage tient à la présence de 2 options : RAW compressé sans perte  et RAW compressé avec pertes

Le premier comme son nom l’indique est un format de compression réversible garantissant l’intégralité des données enregistrées comme en Format RAW non compressé. Une image prise au format RAW compressé pouvant même être enregistrée ensuite en format non compressé

Pour comprendre comment c’est possible, je laisse la parole à « Sylvatica » – réponse trouvée sur un forum et qui explique bien le procédé

Différence entre Raw compressé sans perte et non compresséraw compressé

 » … Excepté les informations non directement liées à l’image, un NEF de D800 (Fichier RAW Nikon – NDLA) contient des informations sur a peu près 36 000 000 pixels..Pour chaque pixel, le capteur donne une valeur entre 0 et 2 puissance 14 =16383. Le 0 correspond au noir total, et 16383 correspond au pixel saturé.

– NEF non compressé: Les 36 000 000 valeurs sont stockées de manière conventionnelle.
– NEF compressé sans perte: Nikon utilise un codage de Huffman. En gros, imagine que ton image est un Roman, et que chaque pixel correspond à un mot. Un algorithme va regarder les mots les plus utilisés. Ensuite, il va réécrire le roman dans une langue imaginée pour l’occasion où les mots les plus utilisés sont ceux qui ont le moins de lettres. Il faut bien sur stocker le dictionnaire français/langue imaginaire pour pouvoir décoder tout cela. Au final, le Roman va être plus court, mais il est possible de le décoder sans aucun problème.

Raw compressé avec perte

– NEF compressé avec perte: Au lieu de prendre toutes les valeurs entre 0 et 16383, seules 3000 valeurs sont autorisées : 0, 1, 2, 5, 10, … , 16383. Si le capteur mesure 4, la valeur va être arrondie à 5. Il y a ainsi une perte d’informations. Attention, les trous ne sont pas répartis uniformément, et il y en a plus vers les hautes lumières que les basses lumières. Si on reprend notre analogie du Roman, cela revient à réécrire le Roman en utilisant un vocabulaire moins précis. Un peu comme si Ribéry réecrivait tout Kant.

En lisant le code source de DCRAW, j’ai remarqué que c’était bien un codage de Huffmann qui était utilisé pour la compression sans perte, ce qui est bien certifié sans pertes. J’ai aussi regardé les valeurs qui étaient autorisées dans la compression avec perte. Je pense vraiment que ce que j’ai fait est loin d’être une théorie fumante.

Voilà clair non ? Le post complet ici

Quel est l’intérêt du RAW non compressé ?

Du coup, cette question coule de source. Si le RAW compressé sans perte est aussi bon que le RAW non compressé, pourquoi utiliser ce dernier. Et bien parce que ce processus de compression basé sur un codage prendrait un peu plus de temps à être lu par les logiciels de post traitement (pas évident à l’usage). C’est la seule raison valable trouvée en tout cas et c’est bien mince. Conclusion, vive le format RAW compressé sans perte

Profondeur de codage 12 ou 14 bits ?

Voici l’autre grande question qui agite souvent les forums. Vaut il mieux enregistrer en 12 ou 14 bits ?

Pourquoi nous donne t-on le choix ?format raw 12 ou 14 bits

Comme avec le RAW compressé sans perte, il s’agit d’abord de gagner de la place sur la carte. La différence de poids entre fichiers enregistrés en 12 ou 14 bits est assez considérable. Je renvoie à la lecture de cet article (en anglais) qui conclue qu’il n’y a aucune différence « pratique » entre les 2. L’article est tellement technique que je vous conseille de préparer du café fort et en quantité. Rappelons que de toute façon, cela n’est pas décelable à l’œil sur nos écrans limités au mieux à 10 bits.

Récemment, je suis tombé sur un article de blog intéressant qui a fait un test et trouvé une différence entre les 2.  La conclusion de l’article est que cette différence est intéressante en terme de post-traitement et de dynamique et permet de mieux corriger une image très contrastée. Je ne suis pas trop convaincu par les résultats des tests, car pour montrer une différence visible, l’auteur va jusqu’à sous-exposer l’image de 3 diaphs … un peu extrême non ?

Dans cet autre article en anglais aussi, l’auteur finit également par « voir » une différence dans une image « extrême » lui aussi, mais conclut lui qu’il n’y a pas de raison sérieuse de choisir 14 bits au lieu de 12 …

Conclusion

On utilisera donc le format RAW compressé sans perte sans hésitation et le codage sous 12 bits. Les inquiets et les technographes (amoureux fous de la technique) pourront utiliser le 14 bit et dormir sur leurs 2 oreilles. Après tout, même s’il n’y a pas de différence, ça ne prendra pas non plus tant de place que ça sur la carte et dans les disques de stockage

Cet article vous a plu ? Partagez le sur vos réseaux, bref diffusez !!

Pin It on Pinterest

Vous avez aimé cet article ?

Partagez le sur vos réseaux préférés

%d blogueurs aiment cette page :