DXO Pure RAW 4DXO Pure RAW 4 est la toute dernière version d’un programme de réduction du bruit numérique à la fois autonome ou intégré dans votre flux de travail sous Lightroom. L’arrivée de DXO Pure RAW a défini un nouveau standard dans le traitement du bruit numérique. Voyons ce que cette dernière version a apporté, avec l’arrivée d’un nouvel algorithme de débruitage et de corrections des défauts vraiment très puissant.

DXO Pure RAW 4

DXO Pure RAW 4 est un programme créé par DXO, une société française, qui s’appuie sur le site DXO MARK, site de test et d’analyses des objectifs qui est la référence mondiale.  Les algorithmes de calculs utilisés par le programme sont donc basés sur des couples objectif/capteur ce qui garantit des résultats parfaitement adaptés.

Une solution ouverte

Comme la plupart des photographes, je n’aime pas modifier sans raison mon flux de production, car cela nécessite du travail, du temps, des essais, bref c’est chronophage. DXO Pure RAW 4 est donc proposé en version autonome et conçu pour s’intégrer à un flux de travail existant. C’est particulièrement le cas avec Lightroom, mais fonctionne également avec d’autres programmes. DXO Pure RAW 4 peut traiter votre fichier RAW, le débruiter et l’améliorer grandement et vous donne un fichier DNG (format RAW developpé par Adobe) que vous pourrez ensuite travailler comme d’habitude.

Pour l’instant, DXO PureRAW 4 ne permet pas le traitement des fichiers RAW Fuji. Pour mes tests, j’ai donc utilisé les fichiers d’un vieux Nikon et de mon Lumix GX80. C’est d’ailleurs intéressant car le capteur micro 4;3 de celui-ci génère pas mal de bruit lors de la montée en ISO du fait de la taille réduite du capteur.

Le prétraitement selon DXO Pure RAW 4

Selon l’idée des concepteurs de DXO Pure RAW 4, le post-traitement des images numériques devrait comprendre 2 phase – la première consistant à corriger les défauts optiques, de netteté, de bruit. La seconde étant créative et dépendant de chacun.

Un prétraitement basé sur des critères scientifiques et de ce fait pouvant convenir à tout le monde. Sauf que bien sûr tout le monde n’est pas forcément pareil. Les ingénieurs de DXO ont donc inclus dans cette version 4, la possibilité de moduler les réglages et d’en contrôler l’intensité. C’était le défaut majeur -comme je l’avais écrit dans mon article sur DXO PureRAW 2 – des versions précédentes. Avec cette possibilité le programme entre pour moi dans sa phase de maturité.

Défauts corrigés par DXO Pure RAW 4

DXO Pure RAW 4 se propose de réaliser la première phase du traitement, basées sur des corrections non suggestives – c’est à dire scientifiques. Autrement dit des corrections techniques que tout le monde devrait réaliser, la personnalité de chaque photographe se démarquant ensuite pendant la second phase où le réglage du contraste de l’exposition, l’utilisation de masque va être différente selon la personnalité de la personne qui traite la photo.

Corrections optiques

Ce prétraitement comprend plusieurs phases et remplacerait le dématriçage de base opéré par Lightroom par exemple ou Capture One. Voici ce que DXO Pure RAW 4 propse dans ce prétraitement.

Correction de la distorsion et du vignettage et franges

Il y a 3 types de distorsion : coussinet, barillet, en trapèze. Elle est crée par les objectifs et plus prononcée sur les zooms.

Le vignettage (les bords de l’image reçoivent moins de lumière) affecte également à des degrés divers tous les objectifs.

Les franges colorées affectent les contours des sujets avec certains objectifs. Des fabricants comme Sygma par exemple corrigent un peu moins bien leurs objectifs à ce niveau – sachant que ces défauts sont facilement corrigés en post-traitement.

Vous allez me dire que votre logiciel habituel fait déjà ça et que même si grâce à sa base de données uniques – issue des milliers de tests d’objectifs – PureRAW 4 le fait mieux ça ne vaut peut-être pas la peine d’investir. Ce n’est pas faux. Ce qui va plus nous intéresser c’est le travail sur la netteté.

Amélioration de la netteté

Il ne s’agit pas d’une amélioration de la netteté classique avec des outls comme le filtre « Clarté ou « Passe haut » ou encore « Texture » ni une méthode de de type « Renforcement » dans Photoshop ou « Netteté » dans Lightroom. Pas du tout, il s’agit de corriger la netteté perdu de l’objectif – sur les bords par rapport au centre, lors de l’utilisation d’une grande ou petite ouverture, etc.

J’avais dans un précédent article parlé du défaut de diffraction qui affecte nos objectifs aux petites ouvertures, etc.

DXO Pure RAW 4 va créer pour chaque image un filtre non linéaire qui va appliquer une amélioration de la netteté là où c’est réellement nécessaire et homogénéiser le rendu. Mais surtout, il est maintenant possible de « doser » cette amélioration de la netteté et nous disposons désormais d’une fenêtre d’aperçu très pointue – et toute nouvelle – pour ajuster ces réglages selon nos critères.

DXO Pure RAW 4 controle netteté

Un exemple de correction

Ci-dessous, une photo prise avec un Nikon D700 – capteur 24×36 – à 4500 ISO. L’image a été réalisée dans un train, en Inde avec peu de lumière, mais une vitesse élevée (1/500°) pour éviter les vibrations. Un cas typique où l’on ne fait pas ce que l’on veut, mais ce que l’on peut.  J’ai volontairement choisi un vieux boitier où la montée du bruit numérique est très visible.

DXO Pure RAW 4

Dans cet agrandissement à 100% on voit le bruit couleur (au niveau de la paupière notamment) et le bruit de luminance, très présents. les détails dans les cheveux comme dans les cils manquent quant à eux fortement de netteté.

Dans cette image traitée par DXO Pure RAW 4 – avec un zoom de  100% – on voit le travail réalisé. Le grain a disparu, la restitution des détails et la netteté est impressionnante. La différence est bluffante. Comme on dit: il n’y a pas photo. L’algorithme utilisé est le dernier né : DeepPrime X2 qui est particulièrement recommandé lorsque l’on souhaite récupérer le plus de détails (et netteté possible)

 

Voici un autre exemple avec cette fois une image issue d’un capteur micro 43 – particulièrement sensible à la montée en bruit du fait de sa petite taille. là aussi, le logiciel prouve sa capacité à corriger le bruit à un niveau impressionnant. Cette fois, j’ai utilisé l’algorithme DeepPrime parce que la peau de l’enfant très lisse ne nécessitait pas de récupération de détails avancée.

Comparaison Lightroom – DXO Pure RAW 4

La puissance de DXO Pure RAW 4 est certaine, mais de nouveau est-ce qu’il est vraiment meilleur que Lightroom dans ce domaine, sachant que celui-ci propose depuis peu une fonction de réduction du bruit enrichie à l’IA.

Pour moi, oui, même si le traitement du bruit via Lightroom s’est amélioré et propose un résultat satisfaisant. La récupération des détails et de la netteté est meilleure dans DXO. Mais surtout, la force de DXO Pure RAW 4 c’est de pouvoir paramétrer le niveau de réduction du bruit – comme l’amélioration de netteté. J’ai procédé à plusieurs essais avant de trouver le bon dosage, mais l’avantage c’est que une fois obtenu, celui-ci peut s’appliquer en masse aux images issues du même couple appareil/ objectif. Lightroom ne propose aucun réglage. Ça passe ou ça casse.

Temps de traitement et poids des fichiers

L’idée de pré-traiter les RAW avec DXO est très séduisante d’un point de vue technique. On pourrait ainsi bénéficier d’un fichier parfaitement corrigé que l’on n’aurait plus qu’à interpréter. Mais dans la pratique il y a 2 problèmes majeurs : le premier c’est le temps de traitement – entre quelques dizaines de secondes et plusieurs minutes selon les options choisies. Ce qui interdit de pré-traiter d’office pour ceux qui font beaucoup d’images et ne possèdent pas forcément un ordinateur ultra puissant.

Ensuite le poids des fichiers est multiplié par 3. C’est moins gênant, mais cela a son importance. Au final, pour moi DXO Pure RAW 4 reste un logiciel permettant d’améliorer de manière incroyable la qualité d’un fichier, mais que l’on ne peut appliquer – faute de temps suffisant à des grandes quantités d’image.

Sélectionner puis traiter

Il me parait bien plus intelligent de s’en servir sur des images dûment sélectionnées. Et pour celles-là, il vous permettra d’avoir simplement le meilleur outil de réduction du bruit et d’amélioration de la netteté  sur le marché aujourd’hui.

Pour quels photographes ?

A qui se destine cette dernière version de DXO Pure RAW ?

A tous ceux bien sûr, qui ont régulièrement usage des hautes sensibilités de leur appareil. La photo animalière, de sport en salle, de spectacle, vues de nuit, etc. Là ce logiciel va devenir un incontournable.

Mais aussi à ceux qui utilisent des appareils micro 4:3 ou aux capteurs encore plus petits, pour contenir la montée en ISO plus rapide. Cela permettra de photographier davantage en haute sensibilité sans peur du bruit ISO.

Enfin à tous ceux qui exposent leur images en grand format – du moment qu’elles ont bien été réalisées en RAW. Cela permettra de regagner une qualité qui n’était pas toujours là, il y a 10 ou 15 ans sur les premiers APN.

Dans un prochain article, je ferai un tuto pour l’utilisation du programme. en attendant voici le lien pour ceux qui veulent se lancer : DXO PureRAW 4

Abonnez vous à ce blog

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir un message lorsqu'un nouvel article est publié

Rejoignez les 3 086 autres abonnés
Philippe Body, votre photographe formateur

Philippe Body, votre photographe formateur

Philippe photographe de voyage professionnel a deux passions : la photographie et le voyage.  Après  … lire plus

plus ...

plusieurs séjours en Afrique, il se rend en Asie et c’est l’éblouissement. A la fin des années 80, il réalise ses premiers reportages en Inde, dont un sujet sur l’inaccessible ethnie Muria dans la province reculée du Chattisgarh et le gigantesque projet de barrage Narmada. Plusieurs publications s’ensuivent et ses premiers reportages sont diffusés par l’agence VU. En 1990, il est l’un des premiers photographes à revenir au Vietnam qui sort enfin de son isolement. Cinq ans plus tard, il entre à l’agence Hoa Qui, spécialisée dans la photo de voyage avant de rejoindre en 2007 la prestigieuse agence Hemis.fr. En 2010, il créé le site “www.avecunphotographe.fr” pour proposer ses propres stages et ceux de quelques photographes de grande qualité. Aujourd’hui son travail est diffusé par les agences Hemis.fr – Getty et AGE fotostock ainsi que sur son propre site professionnel www.philippebody.com

Pin It on Pinterest

Share This

Vous avez aimé cet article ?

Partagez le sur vos réseaux préférés