Alors quelle est la bonne réponse au quiz sélection tri photo de la semaine dernière ? J’ai reçu beaucoup de mails et je dois dire que j’ai été impressionné par la qualité des analyses, des commentaires et des arguments. Il y avait du lourd. Il s’agissait évidemment d’un choix réellement compliqué, une sorte de cas d’école. Nathalie et moi n’étions d’ailleurs pas d’accord sur la meilleure image … Pour compléter, et suite à la demande exprimée par plusieurs lecteurs, j’ai ajouté en fin d’article des commentaires sur la prise de vue.

Réponse Quiz sélection tri photo

Je vous remets les 4 photos pour le plaisir ou pour ceux qui découvrent l’article:

sélection tri photo

Tout d’abord, comme dans tout vrai exercice de sélection tri photo –  il faut se demander … quel est le sujet de la photo. Ici, c’est assez clair, une ouvrière est en train d’enrouler du fil (de soie en l’occurrence) sur une bobine. Il s’agit d’enrouler ensemble plusieurs fils de soie pour en créer un plus solide.

Lors de la prise de vue, j’ai choisi une vitesse lente pour que l’on comprenne quels éléments sont en mouvement, (la roue de vélo, le rouet), mais bien sûr il fallait aussi que le personnage principal reste net. En ce qui concerne le sens de lecture de l’image, il fallait donc que le regard soit attiré vers le fil. … qui est petit et pas si visible que ça. Il y a donc 2 bonnes réponses.

Sur l’image suivante, vous verrez en rouge les points qui ne vont pas et en vert ceux qui sont bons.

La ligne de regard emmène exactement où le fil est le plus visible.

La photo N°4 est celle qui s’en sort le moins bien avec beaucoup de rouge et notamment sur la direction du regard qui emmène à un endroit où le fil est peu visible.

La photo N°1 fait le job. La ligne de regard emmène exactement où le fil est le plus visible. Et le fil côté roue de vélo est aussi visible, la lumière sur le visage est aussi très jolie. Son seul défaut c’est le flou de la main, inesthétique à mon goût mais qui ne gêne pas la lecture de l’image.

La photo N°2 est le choix de Nathalie. La main qui fait tourner la roue de vélo est parfaite, nette avec juste assez de flou, le fil de gauche est bien visible, l’épaule est détachée du rouet. Enfin, les stries créées par la roue de vélo sont superbes et encadrent la main merveille, MAIS, la ligne de regard n’emmène pas exactement où le fil est le plus visible. C’est 1 des 2 réponses gagnantes et c’est la plus esthétique des 4.

sélection tri photo

La photo N°3 est mon choix perso. La main qui fait tourner la roue de vélo est plus floue, mais reste bien lisible. Par contre, plus gênant, le fil de gauche est moins visible que dans la photo N°2. L’épaule est aussi moins bien détachée du rouet, mais là encore rien de bien gênant grâce au flou de mouvement. La lumière sur le visage est aussi plus belle que dans la N°2 comme certains d’entre vous l’ont remarqué. Les stries créées par la roue de vélo sont elles aussi un peu moins esthétiques que dans l’image N°2, MAIS la ligne de regard emmène exactement où le fil est le plus visible. C’est aussi 1 des 2 réponses gagnantes et c’est la plus lisible des 4.

Bien sûr vous avez le droit de n’être pas d’accord, mais cet exercice de sélection tri photo reste d’abord un jeu, alors ne m’en voulez pas trop si vous n’avez pas la bonne réponse 😉

J’enverrai en message privé le code promo qui permettra aux gagnants (réponse 2 et 3 donc) de bénéficier de la réduction sur tous les stages …

Analyse de la prise de vue

Certains d’entre vous m’ont demandé des précisions sur les circonstances de prise de vue. Personnellement, je pars toujours du rendu final que je recherche. Ici, mon expérience m’a aidé car je savais que le problème était de voir le fil et que ce n’est pas simple du tout. Il faudrait une zone sombre sur laquelle il puisse se détacher, mais la femme portait une robe colorée. J’aurais pu me lever, mais j’aurais eu une position difficile à tenir et peu naturelle et elle m’aurait regardé ou je l’aurai gênée. J’ai donc tout misé sur la ligne de regard. Ensuite, j’ai choisi une vitesse lente pour exprimer la vitesse du rouet. Je me suis mis en mode totalement silencieux (obturateur électronique) ce qui m’a permis de faire plusieurs photos sans déranger la personne.

Prendre la main au bon moment

Ensuite, j’ai regardé dans le viseur pendant 4 ou 5 secondes pour absorber le rythme du mouvement afin de saisir la main dans la roue tout en évitant le mode rafale qui empêche d’être réellement concentré.  J’ai vérifié que j’avais le bon rythme en regardant la photo dans le viseur sans baisser l’appareil. En fait j’étais totalement immobile ce qui encore une fois permet de se faire oublier du sujet. Je suis concentré, elle est concentré, chacun s’occupe de lui sans déranger l’autre.

La ligne de regard

La ligne de regard de la femme doit emmener au fil. Une fois celui-ci remarqué par le spectateur, il va le suivre. C’est la clé du sens de lecture. Toute mon attention était donc concentrée sur la direction de son regard.

Composition

Je n’ai fait qu’une seule composition sur cette scène. Pour éviter de bouger encore une fois et rester concentré sur le mouvement et le regard. J’ai choisi d’utiliser les 2 cercles du rouet et de la roue de vélo pour border mon image et encadrer le sujet principal. J’ai aussi choisi d’incorporer les éléments de vie (bouteille, sacs plastiques, etc). Il s’agit d’une image de reportage et les cacher par un cadrage différent m’aurait fait sacrifier à la lisibilité de la photo.

Les chiffres

Comme je le précisais dans l’article précédent, les 4 images sont techniquement bonnes. Pour infos, elles ont été prises à une vitesse entre 1/7° et 1/25°. En fait, c’est la netteté de la main qui a déterminé la plage de vitesses. L’ouverture allait de F9 à F16 pour 800 ISO.  J’aurai pu utiliser une plus grande ouverture, mais je préférais me mettre un peu plus loin du sujet pour ne pas la gêner.

Ici, la clé est de se faire supporter suffisamment longtemps par quelqu’un dont vous êtes très près. On ne peut pas faire ce genre d’images à la volée. Il faut le temps de la poser. Techniquement pour les conditions techniques de la réussite sont :

  • immobilité du photographe pour se faire « oublier » et ne pas gêner
  • aucun bruit d’obturateur (ou alors il faudra limiter beaucoup le nombre d’essais)
  • réflexion sur ce que l’on veut AVANT la prise de vue
  • possibilité de regarder ses images dans le viseur
  • possibilité de faire tous ses réglages sans quitter le viseur des yeux

La vie des stages

Enfin une dernière petite nouvelle avant de vous quitter: le stage Lightroom expert peut désormais se faire en ligne et sur une base horaire (2h minimum) avec un programme sur mesure. Les stages Affinity Photo et Photoshop étant de leur côté à -50% pendant la durée du confinement …

Bon tri photo à tous et à bientôt

 

Abonnez vous à ce blog

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir un message lorsqu'un nouvel article est publié

Rejoignez les 2 168 autres abonnés

Philippe Body

Photographe de voyage professionnel, blogueur, directeur de Avec Un Photographe

Photographe de voyage professionnel, spécialisé sur l’Asie, Philippe Body je parcours le monde depuis l’âge de 22 ans,réalisant reportages et livres et guides de voyage. Mon travail photographique est diffusé par les agences photo Hemis.fr, Gamma-Rapho et Getty Images entre autres ainsi que sur ma photothèque pro : www.phlippebody.com

En 2011, je créé le site www.avecunphotographe.fr puis la société AVEC UN PHOTOGRAPHE pour proposer des stages photo axés sur la composition et la créativité. J’organise aussi des voyages photo en Asie. Le blog avec un  photographe est lancé en 2015. Depuis le site s’est ouvert à d’autres photographes pros de talent. … en savoir plus

massa eleifend sit leo Aenean id, mi, fringilla Lorem facilisis

Pin It on Pinterest

Share This

Vous avez aimé cet article ?

Partagez le sur vos réseaux préférés

%d blogueurs aiment cette page :