Dans cette seconde analyse photo, d’une des premières images du second volume de la Grammaire de l’image, nous allons voir, entre autres, ce qu’apporte le point de vue utilisé à ce cliché.

Analyse photo – la vendeuse de ballons

Voici l’image originale, essayez de deviner (en gros) les données de prise de vues suivantes :

  • Vitesse :
  • Ouverture :
  • Focale :

Sur quels indices vous êtes-vous basés ?

analyse photo

Réponse – Analyse photo

Exif : 1/600° de seconde / f/7,1 – Focale 235 mm – La vitesse est rapide pour figer les pigeons en vol. L’ouverture, est grande pour avoir un beau flou de profondeur de champ, mais pas trop pour que l’on puisse reconnaitre la silhouette du temple derrière – typique du Cambodge. On peut deviner la longue focale à l’effet d’écrasement des plans entre les pigeons et à la zone profondeur de champ limitée.

Technique de composition :  point de vue du chien / compression des plans / premier plan encombré / recherche de profondeur

analyse photo la vendeuse de ballons

L’intérêt de cette image est dans le point de vue adopté – appelé « Point de vue du chien » c’est-à-dire: à ras du sol. L’appareil était posé par terre et la visée se faisait donc via le moniteur. Ce point de vue très particulier et rarement utilisé (parce que l’on n’y pense pas forcément, parce que jusque récemment beaucoup d’appareils n’avaient pas de viseurs orientables, etc.) nous fait entrer dans l’univers de cette jeune vendeuse de ballons sur la place devant le palais royal de Phnom Penh. C’est le ballet incessant des pigeons qui m’a donné envie d’adopter ce point de vue. Il y a ensuite l’utilisation d’un premier plan encombré. Une technique très intéressante, car elle donne un côté intime à la scène. Ici, on a l’impression que la photo est faite à travers une multitude d’oiseaux. Pour qu’elle fonctionne bien, il faut que le premier plan encombré soit bien flou et plus sombre que le sujet. Cela reproduit bien aussi l’univers de rue de cette jeune vendeuse, même s’il y a des recoupements de plans, des petits défauts, c’est aussi ce qui donne de la vie et un côté instantané à l’image. Or les effets de réels au télé, ce n’est pas si simple.

La profondeur est obtenue par la perspective de netteté (plan flou/plan net) et par celle de répétition (la taille des pigeons diminue selon leur position). Les tons chauds devant (ballons rouge et jaune) et plus froids (ciel) derrière apportent aussi de la profondeur. La couleur rouge très puissante des ballons attire beaucoup l’œil et fait un contrepoids intéressant à la patronne de l’image, la jeune fille.

Les autres cadrages

Ce type de prise de vue est complexe parce qu’il y a beaucoup d’acteurs en mouvement, l’expression de la jeune fille est aussi très important. Mieux vaut faire une série d’images pour être sûr du résultat. Les images qui ont été retenues dans la sélection finale et soumises à mon agence photo sont encerclées en vert, avec un libellé couleur violet. Celles qui possèdent un libellé rouge sont également intéressantes, mais n’ont pas été retenues au final.

analyse photo - l'éditing

Ci-dessous, l’un des choix possibles. Qu’en pensez-vous ? Est-ce qu’elle fonctionne aussi bien ?

comparaison photo

Dans l’image ci-dessus, la ligne de regard de la jeune fille conduit vers la gauche, où il n’y a pas grand-chose à voir. Il y a moins de pigeons en vol et cela amoindrit l’effet de premier plan encombré et donc de profondeur. En revanche, la position des oiseaux au sol est amusante.

Enfin, faites une analyse photo de cette dernière image. Est-elle aussi bonne que la première ou celle au dessus ? Essayez de mettre sur papier vos raisons …

la vendeuse de ballon Phnom Penh

La vue ci-dessus est ratée. La ligne de regard de la jeune fille ne conduit nulle part. Il n’y plus d’indices de lieux (temple) donc on ne sait pas trop où se passe l’action. La photo est moins informative et moins aboutie d’un point de vue esthétique. Il y a aussi un recoupement de plans malheureux avec le poteau et les ballons. Ici, pas de premier plan encombré ni de perspective de répétition, donc beaucoup moins de profondeur.

Une dernière pour la route ?

Voici une vue plus large, plus générale. On est moins dans l’action, mais il y a plus d’informations : le temple est très reconnaissable et les habitués de Phnom Penh n’auront aucun mal à reconnaitre l’endroit. Le mouvement des oiseaux en vol est joli et occupe bien l’image. En revanche, le coin en haut à gauche est un peu vide malgré les nuages (mais la presse magazine aime les endroits où l’on peut placer des titres). Il faudrait un bon post-traitement pour déboucher davantage les ombres au niveau du pied du lampadaire. Les vues à contre-jour génèrent fréquemment ce genre de zones sombres peu détaillées. Mais l’histogramme est bon et cela ne poserait pas de problème. En fait si une seule image devait être choisie ce serait la première et non celle-ci. La vue du début est presque aussi informative et plus esthétique, et surtout elle plonge le lecteur dans une ambiance (la vie au ras du sol).

analyse photo

Conclusion

Sur place. Je me suis éloigné de la jeune fille de plus 20 mètres car je voulais un effet longue focale pour pouvoir faire mon flou de profondeur de champ et tenter un premier encombré avec les pigeons. A cette distance, je ne voyais ce qu’il se passait qu’à travers le viseur.  J’ai donc eu le temps de régler mon appareil (vitesse / ouverture / ISO). Comme j’étais loin d’elle et ne la dérangeais pas du tout, j’ai pu prendre mon temps pour cadrer, essayer divers réglages, etc. L’appareil était posé au sol sur un bean bag. C’était le seul moyen de gérer le carrelage brillant de la place. Ci-dessous en noir et blanc l’intérêt passe des couleurs aux ombres, à la lumière et aux contrastes. L’effet d’échelle entre les pigeons est intéressant.

J’espère que cette seconde analyse photo vous a plu. Si c’est le cas n’hésitez pas à partager et abonnez-vous au blog (ci-dessous) pour ne pas rater les prochaines – vous serez prévenu par mail. Et pour tout savoir sur l’analyse d’image, le patron, les faiseurs de rois, la hiérarchie des éléments visuels, etc., quoi de mieux que de consulter le premier volume de la grammaire de l’image

version noir et blanc
Retrouvez  la première analyse ici.

Le second volume de la grammaire de l’image est publié depuis moins d’1 mois, mais connait déjà un beau succès. Merci à tous les lecteurs qui prendront le temps de laisser une évaluation. Pour tous les nouveaux acheteurs qui ne nous connaissent pas, c’est en effet un critère d’achat très important

évaluation amazon

Abonnez vous à ce blog

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir un message lorsqu'un nouvel article est publié

Rejoignez les 3 086 autres abonnés
Philippe Body, votre photographe formateur

Philippe Body, votre photographe formateur

Philippe photographe de voyage professionnel a deux passions : la photographie et le voyage.  Après  … lire plus

plus ...

plusieurs séjours en Afrique, il se rend en Asie et c’est l’éblouissement. A la fin des années 80, il réalise ses premiers reportages en Inde, dont un sujet sur l’inaccessible ethnie Muria dans la province reculée du Chattisgarh et le gigantesque projet de barrage Narmada. Plusieurs publications s’ensuivent et ses premiers reportages sont diffusés par l’agence VU. En 1990, il est l’un des premiers photographes à revenir au Vietnam qui sort enfin de son isolement. Cinq ans plus tard, il entre à l’agence Hoa Qui, spécialisée dans la photo de voyage avant de rejoindre en 2007 la prestigieuse agence Hemis.fr. En 2010, il créé le site “www.avecunphotographe.fr” pour proposer ses propres stages et ceux de quelques photographes de grande qualité. Aujourd’hui son travail est diffusé par les agences Hemis.fr – Getty et AGE fotostock ainsi que sur son propre site professionnel www.philippebody.com

Pin It on Pinterest

Share This

Vous avez aimé cet article ?

Partagez le sur vos réseaux préférés