Test du trépied Leofoto LS-324CAujourd’hui, je vous propose un test du trépied Leofoto LS-324C – un modèle solide plutôt destiné à la photo de paysage ou de nature.  Après beaucoup d’essais et de lectures de tests, j’ai craqué pour ce modèle de cette nouvelle marque que je vous ai présenté dans un article précédent.

Test du trépied Leofoto LS-324C / EF-324C

Le modèle LS-324C fait partie de la série Ranger – qui est la plus polyvalente de la marque – avec la série Mr Q.  Comme tous les trépieds de la marque, celui-ci est en carbone avec un tressage de 10 couches renforcé et tissé en croix – ce qui est habituellement le privilège de modèles nettement plus chers comme Gitzo ou Feisol par exemple. Il est appelé aussi EF-324C sur certains sites de vente et possède alors un revêtement caoutchouc sur l’une des jambes.

Une des caractéristiques de la série Ranger est l’absence de colonne centrale. Cela donne un trépied plus stable et qui peut se mettre à ras du sol. En fait, il est possible de visser une colonne centrale sur l’embase (il faudra simplement la démonter pour le transport) et elle est  fournie.  Le trépied est fourni avec une rotule en kit et à ce jour, je n’ai pas trouvé de magasins proposant le trépied seul. Je vous parlerai de la rotule plus loin et c’est clairement une bonne affaire, mais bon j’aurais préféré avoir le choix.

Test du trépied Leofoto LS-324C

Caractéristiques techniques du trépied LS-324C

Voyons les caractéristiques de la bête :

  • Charge maximale : 20kg
  • Poids (avec rotule) : 1,9kg
  • Nombre de sections : 4
  • Diamètre des sections : 32 mm pour la plus grosse et 22 mm pour la plus petite
  • Hauteur minimale : 17cm (top pour la photo à ras des pâquerettes)
  • Hauteur maximale : 139cm (sans colonne centrale – avec rotule)
  • Hauteur maximale : 172cm (avec colonne centrale entièrement dépliée et rotule)
  • Longueur plié : 57cm – ce qui lui permet de rentrer dans la plupart des valises. Sinon, il est toujours possible d’enlever la rotule et de gagner ainsi 8 cm.
  • Diamètre plié : 9,7 cm

Et la rotule : Ball LH-40

  • Hauteur 9 cm
  • Poids : 530 g
  • Plateau rapide type Arca Swiss avec niveau à bulle QP-70
  • Capacité de charge : 20 kg
  • Molette de serrage / de friction et panoramique
  • 2 encoches pour prises de vue en mode vertical
  • Aluminium aéronautique

Test du trépied Leofoto LS-324CContenu de la boite

Là on ne fait pas dans le minimum syndical. Il est fourni complet et même un peu plus que ça. Mais jugez par vous-même :

  • Leofoto trépied LS-324C (appelé aussi EF-324C avec une bande de mousse antidérapante sur une des jambes)
  • Leofoto rotule LH-40
  • Plaque de fixation Type Arca
  • Colonne centrale amovible en 2 sections
  • Sac de transport avec lanière d’épaule réglable et petite poche accessoires pour mettre la colonne centrale amovible et les outils
  • Outil multifonction pour dévisser / serrer, etc.
  • Pointes acier inoxydable à mettre à la place des pieds caoutchouc
  • Clefs Allen
  • Mousqueton pouvant se visser sur le trépied pour servir de crochet
  • mode emploi et autre

Hein, ça fait rêver quand on sait que certaines marques connues ne sont pas foutues de vous donner ne serait-ce qu’une petite courroie. On dira ce que l’on voudra des marques asiatiques, mais elles ont relevé un peu le niveau sur ce sujet.

Pour qui, pour quoi, pour quel usage ?

Le trépied LS-324C est destiné à un usage intensif, avec des boitiers APS-C, plein format ou moyen format. Il pourra supporter des objectifs allant jusqu’au 400/600mm voire plus s’il est couplé avec une tête pendulaire. Parfait pour les poses longues et l’aventure tout terrain grâce à ses jambes entièrement démontables (et donc lavables et graissables) – une caractéristique rare et pourtant très intéressante. Pour le voyage ou avec des modèles APS-C seuls, on pourra lui préférer les modèles EF-224C ou EF-284C plus légers.

A ce propos voici comment lire le nom des trépieds Leofoto : les 2 lettres indiquent la série EF et LS = série Ranger). Les 2 premiers chiffres donnent le diamètre de la plus grosse section (32 pour 32 mm) et le dernier chiffre le nombre de sections. Enfin, les lettres suivantes peuvent indiquer la présence d’un modèle particulier (EX indique la présence d’une boule de mise à niveau).

Test du trépied Leofoto LS-324C

Sur le terrain – Test du trépied Leofoto LS-324C

Bon sur un site web, tous les modèles se ressemblent un peu. Voyons maintenant le test terrain. Déplier les jambes du trépied se fait facilement et rapidement grâce au serrage 1/4 de tour. Le changement d’angle d’inclinaison est un peu dur et il faut y mettre les 2 mains. Chaque jambe peut être inclinée selon un angle de 22° / 55° ou 85° – dans cette dernière position le trépied touche quasiment le sol.

Test du trépied Leofoto LS-324C

Modèle Frédérick Duperray

L’impression de solidité et de stabilité est confirmée par le test du trépied Leofoto LS-324C sur le terrain.  J’ai réalisé des expositions de plusieurs minutes, trépied dans l’eau (avec peu de courant quand même) et ça n’a pas du tout bougé. Un test du trépied LS-324C avec un télé de 400 mm a donné les mêmes résultats : stabilité parfaite du trépied comme de la rotule.

Pas de colonne centrale

L’absence de colonne centrale garantit une grande stabilité. C’est la formule retenue sur certains trépied pro comme Feisol, Gitzo, etc. Cela n’est pas du tout gênant surtout si votre appareil possède un moniteur inclinable.  Je préfère cette formule et pour de rares cas, où il est test du trépied Leofoto LS-324C colonne centralenécessaire de mettre le trépied le plus haut possible, la colonne centrale fournie avec doit être vissée sur le trépied. Il faut donc enlever le rotule. Personnellement je ne l’emmène que très rarement avec moi.

 

La rotule

Le maniement de la Ball LH-40 est aussi très agréable. Son design rappelle un peu celui de la marque RSS, mais je n’ai rien dit. La grosse molette est agréable et permet une manipulation rapide et fluide. Le bouton de friction – juste en dessous et plus petit – permet d’adapter le serrage en fonction du poids de l’appareil et de l’objectif. La course de cette bague est un peu souple et j’aurais aimé qu’elle soit plus ferme. La troisième molette commande le mouvement panoramique. Elle ressemble à celle de friction et là aussi une petite distinction aurait été facile à faire et pratique. Mais on est dans les détails là. Côté fixation de l’appareil, on retrouve un système de type Arca Swiss avec serrage par vis. Universel et efficace, c’est- le système que je préfère et recommande. La plaque de fixation par contre ne possède pas d’ergot de blocage. Pour un boitier lourd, c’est un peu gênant, mais il est préférable d’utiliser un L-Bracket dans tous les cas.

rotule LH-40

Sous la rotule, 3 vis très accessibles permettent de fixer celle-ci solidement à l’embase du pied.

serrage de la rotule Leofoto

Les gadgets

Le petit sac de transport pour outils s’est déchiré dès sa première utilisation … L’outil multifonction ne permet pas de serrer toutes les vis, mais les clefs Allen fournies, si. Le petit mousqueton pourra servir à accrocher un sac pour lester le pied. Personnellement, je conseille de passer les lanières du sac autour des jambes, c’est bien plus efficace et l’on n’a pas de problème de balancier en cas de vent. Deux écrous permettent de monter des accessoires de type magic arms (bras flexible) pour fixer une torche vidéo, un réflecteur, un téléphone (pour filmer la prise de vue), etc.

accessoires leofoto LS 324C

Lors de mon test du trépied Leofoto LS-324C – j’ai apprécié la bonne étanchéité des jambes assurée par des petits joints caoutchouc. Un must pour les photographes nature. Il est possible comme souvent maintenant de remplacer les patins traditionnels en caoutchouc par des pointes acier inox. Sauf que celles-ci ne sont pas vraiment apprécié en intérieur, dans les chateaux, monuments, etc. Sur ce modèle, le démontage est facilité par la présence d’un petit trou dans lequel on peut glisser la clef Allen pour faire levier. Simple et efficace, merci pour ces petits détails qui montrent que l’entreprise écoute les retours des photographes.

démontage pointes trépied Leofoto LS-324C

Conclusions de ce test trépied Leofoto LS-324C

Les +

  • Le prix très très raisonnable
  • solidité et qualité de fabrication
  • pas de colonne centrale – donc plus stable
  • colonne centrale fournie pour élever hauteur de travail éventuellement
  • hauteur de travail
  • accessoires et housse de transport – système complet
  • rotule de grande qualité
  • système Arca Swiss
  • jambes de trépied démontables
  • possibilité de travailler à ras du sol
  • nombreux accessoires fournis et en option
  • joints d’étanchéité assurant une bonne protection des pointes

Les –

  • le niveau à bulle de la rotule est caché par l’appareil
  • colonne centrale à visser avec obligation d’enlever la rotule
  • pas de revêtement anti-dérapant sur le modèle LS-324C – on préfèrera donc le modèle EF-324C (le même avec un revêtement …)

Voilà pour cette petite nouveauté. Vous pouvez également consulter mon guide pour choisir son trépied, celui pour choisir sa rotule et mon comparatif des trépieds de voyage. Bonne lecture à tous et merci de partager sur vos réseaux. N’hésitez pas non plus à poster vos remarques sur mon site facebook

 

Abonnez vous à ce blog

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir un message lorsqu'un nouvel article est publié

Rejoignez les 2 490 autres abonnés

Note > cet article possède des liens d’affiliation vers le magasin Miss Numérique. Ces liens sont repérables à leur couleur bleu foncé. Si vous cliquez sur le lien et achetez le produit présenté, nous touchons une commission de 3%. Ce n’est pas ce qui va nous rendre riche, mais ça évite la pub et ça peut aider un peu. Pour vous, aucune différence, vous payez le même prix

Philippe Body, votre photographe formateur

Philippe Body, votre photographe formateur

Philippe photographe de voyage professionnel a deux passions : la photographie et le voyage.  Après  … lire plus

plus ...

plusieurs séjours en Afrique, il se rend en Asie et c’est l’éblouissement. A la fin des années 80, il réalise ses premiers reportages en Inde, dont un sujet sur l’inaccessible ethnie Muria dans la province reculée du Chattisgarh et le gigantesque projet de barrage Narmada. Plusieurs publications s’ensuivent et ses premiers reportages sont diffusés par l’agence VU. En 1990, il est l’un des premiers photographes à revenir au Vietnam qui sort enfin de son isolement. Cinq ans plus tard, il entre à l’agence Hoa Qui, spécialisée dans la photo de voyage avant de rejoindre en 2007 la prestigieuse agence Hemis.fr. En 2010, il créé le site “www.avecunphotographe.fr” pour proposer ses propres stages et ceux de quelques photographes de grande qualité. Aujourd’hui son travail est diffusé par les agences Hemis.fr – Getty et AGE fotostock ainsi que sur son propre site professionnel www.philippebody.com

Pin It on Pinterest

Share This

Vous avez aimé cet article ?

Partagez le sur vos réseaux préférés